SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Les négociations de Vienne reprennent demain

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré lundi que la levée des sanctions américaines était la demande de Téhéran dans les discussions avec les puissances mondiales à Vienne pour relancer l’accord nucléaire de 2015.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a ajouté, lors d’une conférence de presse, que les discussions reprendraient mardi.

L’Union européenne a également confirmé, lundi, que les discussions indirectes visant à relancer l’accord à Vienne reprendront demain, mardi.

« Après une courte pause, le huitième cycle de négociations à Vienne dans le cadre du Plan d’action global conjoint reprendra demain, mardi 8 février », a déclaré l’Union européenne, qui coordonne les pourparlers, dans un communiqué.

Les pourparlers ont été suspendus le 28 janvier, et les négociateurs sont retournés dans leurs pays respectifs pour des consultations. Robert Malley, l’envoyé spécial américain pour l’Iran, a déclaré dimanche qu’il retournerait bientôt à Vienne, soulignant que l’accord pouvait encore être relancé.

Khatibzadeh a déclaré que le négociateur en chef de l’Iran, Ali Bagheri Kani, reviendra à Vienne demain pour reprendre les pourparlers, affirmant : « La question de la levée des sanctions et du fait que l’Iran en bénéficie est la demande iranienne dans les pourparlers. »

Et vendredi dernier, les États-Unis ont rétabli l’exemption de sanctions dont bénéficie l’Iran, autorisant la coopération nucléaire internationale avec ce pays sur des projets visant à rendre difficile l’utilisation des sites nucléaires iraniens pour développer des armes.

Cependant, un haut responsable du département d’État américain a déclaré que le rétablissement de la dérogation n’était pas une indication que Washington était proche de la conclusion d’un accord.

Commentant ces propos, KhatibZadeh a déclaré : « Washington a décidé de prendre une mesure qui n’a aucun effet sur la situation économique iranienne. Un gouvernement américain responsable devrait revenir à l’accord et remplir ses obligations. »

Dimanche, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdullahian, a qualifié la démarche américaine de « bonne chose, mais ce n’est pas suffisant. »

L’Iran a progressivement violé les restrictions de l’accord nucléaire en réponse à l’annonce par l’ancien président américain Donald Trump du retrait de son pays de l’accord entre l’Iran et six puissances mondiales en 2018, et de son retour pour imposer des sanctions qui nuisent à l’économie iranienne.

Les États-Unis et l’Iran ont tenu huit séries de pourparlers indirects à Vienne, depuis avril, dans le but de rétablir l’accord en vertu duquel l’Iran a accepté de réduire son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales qui limitaient ses exportations de pétrole.