SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2023, Saturday |

Les négociations nucléaires se compliquent.. Tension entre Téhéran et Washington

L’imposition hier par Washington de nouvelles sanctions contre le programme de drones de Téhéran a accru la pression sur les autorités iraniennes et compliqué davantage les négociations nucléaires déjà complexes.

Alors que le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a estimé que l’imposition de nouvelles sanctions par l’administration américaine à l’encontre de son pays contredit les appels à la reprise des négociations nucléaires, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a souligné, dans un tweet sur son compte samedi, que Washington utilisera tous les moyens disponibles pour empêcher et démanteler tous les réseaux qui fournissent à l’Iran les matériaux et les technologies utilisés pour fabriquer des drones.

Et des responsables américains ont déclaré plus tôt que l’administration du président Joe Biden envisageait des plans pour accroître la pression et aussi les sanctions sur Téhéran.

Le délai de grâce a expiré

Cette série de développements indique que la période de grâce américaine est passée, ainsi que la période d’attente sans certitude.

L’administration américaine a souligné plus d’une fois auparavant que « tout est maintenant dans le camp de Téhéran en ce qui concerne le retour à la table des négociations à Vienne », avertissant en même temps et plus d’une fois que cette période ne durera pas longtemps.

Mais Téhéran a beaucoup hésité et tergiversé au cours des derniers mois, et n’a pas parlé d’une date précise pour la reprise des négociations, Sauf sous une forme « lâche », par l’annonce d’Ali Bagheri, vice-ministre des Affaires étrangères, il y a deux jours, qu’elles reprendraient fin novembre.

Commentant les déclarations de Bagheri, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a déclaré que « son pays ne dispose d’aucune information à ce sujet », ajoutant que cela relève de la responsabilité du coordinateur européen, Enrique Mora.

Par ailleurs, il a déclaré : « Nous avons dit il y a plus de 4 mois que nous étions prêts à reprendre les discussions dès que l’Iran aura fixé une date. »

Refus de la participation américaine

Mais l’Iran, a annoncé hier que les négociations seront limitées aux seuls pays 4+1 (c’est-à-dire la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine), en référence au refus de la participation américaine, qui était indirecte lors des six derniers rounds à Vienne, d’avril à juin dernier.

De là, des questions se posent sur la possibilité d’un engagement de Téhéran à cette condition, ce qui peut bouleverser la donne et menacer non seulement la date de reprise des négociations, mais aussi leurs résultats si elles recommencent.

    la source :
  • alarabiya