SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Les négociations nucléaires vers « l’incertitude »

L’agence de presse américaine « Bloomberg » a déclaré que les négociations pour relancer l’accord nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales se dirigeaient désormais vers un état « d’incertitude », ce qui signifie que l’issue possible du nouveau cycle de pourparlers dans la capitale autrichienne Vienne, qui a commencé lundi.

« De profondes divisions continuent d’affecter les pourparlers négociés par l’UE, obligeant les diplomates à envisager des résultats qui ne sont pas à la hauteur de la relance complète de l’accord de 2015 », a déclaré l’agence.

« Bien qu’il n’y ait eu aucune discussion formelle sur un accord intérimaire, laisser l’accord dans un état d’incertitude nécessite un accord tacite entre toutes les parties pour désamorcer davantage », a-t-elle déclaré.

L’Iran a fait un grand pas dans cette direction en annonçant le 25 de ce mois qu’il ne dépasserait pas 60% d’enrichissement d’uranium.  »

Et l’agence a estimé qu' »en l’absence d’un retour officiel des Etats-Unis, il appartiendra aux parties européennes de décider d’intensifier ou de poursuivre les pourparlers jusqu’à ce qu’une nouvelle opportunité de diplomatie se présente ».

« Le problème le plus important pour nous est d’arriver à un point où l’Iran peut vendre son pétrole confortablement et sans aucune restriction et recevoir son argent en devises étrangères sur ses propres comptes bancaires », a déclaré Bloomberg citant le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian.

Nous devons être en mesure de tirer pleinement parti des avantages économiques de l’accord nucléaire. »

« Mais les diplomates européens et américains sont de plus en plus sceptiques quant à la possibilité d’introduire le type de sanctions qui allégeraient les exigences de l’Iran », a déclaré l’agence dans un rapport.

Téhéran a continué à augmenter considérablement ses activités nucléaires à la suite de la décision des États-Unis de se retirer unilatéralement de l’accord nucléaire il y a près de quatre ans.  »

« L’Iran dit qu’il n’a pas l’intention de construire des ogives, mais on craint qu’il ne tente secrètement de développer des armes nucléaires, ce qui pourrait renverser les efforts diplomatiques internationaux qui ont abouti à l’accord de 2015, connu sous le nom de Plan d’action global commun. »