SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

Les Pays-Bas convoquent l’ambassadeur d’Iran

Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur iranien à La Haye dans le contexte de l’exécution par Téhéran d’Alireza Akbari, qui possède la double nationalité iranienne et britannique, selon l’agence de presse des étudiants iraniens (ISNA).

L’agence a rapporté mardi que « le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wojpke Hoekstra, a convoqué l’ambassadeur iranien à La Haye, Alireza Kazemiabadi, et l’a informé des manifestations d’Amsterdam contre l’exécution d’Alireza Akbari ».

C’est la troisième fois que les Pays-Bas convoquent l’ambassadeur d’Iran en un mois, Amsterdam ayant pris la même mesure fin décembre et début janvier pour protester contre la politique de Téhéran concernant les manifestations et les exécutions de manifestants.

Il convient de noter qu’Alireza Akbari, ancien vice-ministre de la Défense du gouvernement de Mohammad Khatami, était à la tête de l’Institut de recherche stratégique du ministère de la Défense et était responsable de l’organisation militaire chargée de mettre en œuvre la résolution n ° 598 du Conseil de sécurité sur l’acceptation du cessez-le-feu entre l’Iran et l’Irak à la fin des années quatre-vingt du siècle dernier.

Samedi, les autorités iraniennes ont exécuté Alireza Akbari, un ancien employé du ministère de la Défense, que Téhéran a accusé d’espionnage pour le compte des services de renseignement britanniques.

Alireza Akbari a nié avec véhémence les accusations et a déclaré que « les autorités n’ont aucune preuve pour étayer leurs allégations, à l’exception d’aveux extorqués sous la torture ».

La Grande-Bretagne a réagi à l’exécution de son citoyen iranien, rappelant temporairement son ambassadeur de Téhéran et punissant Mohammad Jafar Montazeri, procureur général de l’Iran.

L’Allemagne a également convoqué lundi l’ambassadeur iranien à Berlin, en raison de ce qu’elle a décrit comme « la violation continue des droits de l’homme par Téhéran en Iran ».

La France a également convoqué le chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran à Paris un jour après l’exécution d’Akbari.