SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 18 May 2022, Wednesday |

Les personnes piégées à Azovstal demandent l’aide du président chinois

Les interventions et les médiations pour évacuer les personnes piégées dans l’usine d’Azovstal, dernière enclave de résistance dans la ville stratégique de Mariupol, n’ont pas réussi.

Les familles des combattants ukrainiens piégés dans le complexe d’Azovstal ont lancé samedi un appel à l’aide au président chinois Xi Jinping.

« Il y a quelqu’un dans le monde à qui Poutine ne dira pas non. Nous sommes convaincus que la Chine, forte et généreuse, peut prendre des décisions difficiles pour une cause juste », a déclaré Natalia Zaretska, l’épouse d’un des combattants, lors d’une conférence de presse à Kiev.

« Nous appelons le président chinois Xi Jinping à faire preuve d’une grande sagesse orientale et à œuvrer pour sauver les défenseurs de Mariupol », a ajouté une porte-parole dans une salle où était accrochée une photo du président chinois.

Citant des messages envoyés par son mari, elle a confirmé que les Russes tergiversent délibérément pour prolonger le « supplice » des combattants assiégés.

Elle a expliqué que les soldats ukrainiens assiégés, estimés à un millier – dont environ 600 blessés, selon un de leurs commandants – « sont exposés aux tirs de différents types d’armes, maritimes, terrestres et aériennes, (même) d’armes interdites. » « Ce n’est pas une guerre, c’est un massacre », a-t-elle ajouté.

Stavr Vyshniak, père d’un soldat d’Azovstal, a déclaré qu’il n’y avait « qu’un seul homme au monde auquel nous pouvons nous adresser. Il s’agit du dirigeant chinois. »

« Nous appelons le président chinois Xi à prendre les mesures nécessaires pour évacuer les combattants et à jouer un rôle de médiateur, » a-t-il ajouté.

Bien que l’invasion de l’Ukraine par Moscou le mette dans une situation délicate, Pékin s’est jusqu’à présent abstenu de la dénoncer.

Depuis des jours, les familles des combattants d’Azovstal ne cessent d’appeler à l’aide. Elle s’est adressée au président chinois après la Turquie et les États-Unis.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a confirmé vendredi soir que des « négociations extrêmement difficiles » étaient en cours pour évacuer les soldats gravement blessés et le personnel médical du complexe industriel.

La vice-première ministre ukrainienne, Irina Vereshchuk, a déclaré jeudi que Kiev négociait avec les Russes l’évacuation de « 38 combattants gravement blessés ».

Les femmes, les enfants et les personnes âgées ont été évacués du complexe fin avril lors d’une opération coordonnée par les Nations unies et le Comité international de la Croix-Rouge.