SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

Les pires conditions de sécheresse depuis une décennie… Des milliers de Somaliens fuient vers Mogadiscio

Des femmes et des enfants affamés attendent une aide alimentaire dans un camp situé à la périphérie de la capitale somalienne, Mogadiscio. Ils ont marché pendant des jours pour échapper à la sécheresse qui sévit actuellement dans la plupart des régions rurales de Somalie.

Leurs rangs devraient grossir dans les mois à venir, alors que la Corne de l’Afrique est confrontée à la pire sécheresse de ces dix dernières années.

Le Programme alimentaire mondial a averti cette semaine que 13 millions de personnes dans la région, y compris dans certaines parties de l’Éthiopie et du Kenya, risquent de souffrir de la faim au premier trimestre de 2022. L’agence a prévenu qu’une aide immédiate était nécessaire pour éviter une crise humanitaire majeure. La Corne de l’Afrique est depuis longtemps sujette à des conditions de sécheresse et de famine souvent exacerbées par la violence armée.

En novembre dernier, le gouvernement somalien a déclaré l’état d’urgence humanitaire en raison de la sécheresse, les régions les plus touchées étant les régions du centre-sud du Bas-Juba, de Gedo et du Bas-Shabelle.

L’organisation caritative Save the Children a déclaré cette semaine : « L’impact sur les familles est devenu plus aigu cette saison en raison de multiples sécheresses en succession rapide, de la détérioration de la sécurité, des invasions de criquets pèlerins, des prix élevés des denrées alimentaires, de la réduction des envois de fonds – et de moins d’argent à engager par les donateurs. »

Elle a précisé dans un communiqué qu’une enquête menée en novembre dernier dans 15 des 18 régions de Somalie a conclu que « la majorité des familles vivent aujourd’hui régulièrement sans repas. »

Le Programme alimentaire mondial a déclaré avoir besoin de 327 millions de dollars pour répondre aux besoins immédiats de 4,5 millions de personnes au cours des six prochains mois, notamment en Somalie.

Les dirigeants somaliens tentent également de mobiliser le soutien local, et beaucoup ont répondu. Un groupe de travail mis en place par le Premier ministre Mohamed Roble au début du mois recueille et distribue les dons des hommes d’affaires ainsi que des Somaliens de la diaspora. Une partie de ce qu’ils fournissent nourrit des centaines de familles résidant dans des camps comme celui d’Onturli, qui compte environ 700 familles.

« Il n’y a pas (beaucoup) d’agences humanitaires qui travaillent sur le terrain et ces personnes ont un besoin urgent de soutien et d’assistance tels que des abris, de la nourriture, de l’eau et de bonnes conditions sanitaires », a déclaré Abdullah Othman, président de la Fondation caritative Al Salam et membre du cabinet du groupe de travail sur la sécheresse. Il a ajouté que plus d’aide est nécessaire pour les milliers de familles vivant dans des camps de déplacés.

Environ 5 à 10 familles désespérées arrivent chaque jour au camp d’Onturli, selon la responsable du camp, Nadifa Hussain.

Faduma Ali a déclaré avoir parcouru plus de 500 kilomètres depuis son domicile de Sako, une ville de la province de Middle Juba, jusqu’à Mogadiscio.

« Tous les problèmes que je rencontre sont dus à la sécheresse. Nous n’avions pas d’eau et notre bétail est mort, et quand j’ai tout perdu, j’ai fait la route à pied pendant sept jours », a-t-elle déclaré à l’Associated Press.

    la source :
  • RT