SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Les prix du pétrole baissent de 2 % alors que la Chine renforce les restrictions relatives au COVID

Les prix du pétrole ont chuté d’environ 2% vendredi après que la Chine ait élargi ses restrictions relatives au COVID-19, mais les indices de référence du brut étaient prêts pour un gain hebdomadaire en raison des préoccupations concernant l’offre et des données économiques étonnamment fortes.

Les contrats à terme sur le Brent ont perdu 1,41 $, soit 1,5 %, pour atteindre 95,55 $ le baril à 12 h 27 EDT (16:27 GMT). Le pétrole brut West Texas Intermediate (WTI) a perdu 1,25 $, soit 1,4 %, pour atteindre 87,83 $.

Les contrats à terme sur l’essence aux États-Unis ont chuté d’environ 6 %, tandis que les contrats à terme sur le diesel aux États-Unis ont augmenté d’environ 3 % pour atteindre leur plus haut niveau depuis la mi-juin.

Les analystes de la société de conseil en énergie Ritterbusch and Associates ont déclaré que « le diesel restait la composante la plus forte du complexe, les positions courtes étant éliminées du contrat de novembre avant l’expiration de lundi. »

Pour la semaine, le Brent se dirigeait vers une hausse d’environ 2%, le WTI vers 3%.

Les villes chinoises ont intensifié les mesures de contrôle de la COVID-19 jeudi, dans le but d’arrêter l’expansion des épidémies.

La Chine a enregistré 1 506 nouvelles infections au COVID le 27 octobre, a déclaré vendredi la Commission nationale de la santé, contre 1 264 nouveaux cas le jour précédent.

Le Fonds monétaire international s’attend à ce que la croissance de la Chine ralentisse à 3,2% cette année, soit une baisse de 1,2 point par rapport à la prévision d’avril, après une hausse de 8,1% en 2021.

« Il est difficile d’avancer des arguments en faveur d’un rebond des achats de brut de la Chine compte tenu du contexte d’incertitude sur sa politique de zéro COVID », a déclaré Stephen Brennock, analyste de PVM Oil.

PetroChina a déclaré que la demande chinoise de carburant raffiné et de gaz naturel devrait augmenter par rapport à l’année précédente au cours du quatrième trimestre, parallèlement à une reprise économique attendue, à mesure que Pékin déploie sa politique de relance.

Les pertes ont également été limitées par un fort rebond du produit intérieur brut (PIB) des États-Unis au troisième trimestre, publié jeudi, démontrant la résilience de la plus grande économie et du plus grand consommateur de pétrole du monde.

L’économie allemande a également connu une croissance inattendue au troisième trimestre, selon des données publiées vendredi, la plus grande économie européenne ayant maintenu la récession à distance malgré une inflation élevée et des inquiétudes quant à l’approvisionnement en énergie dans la perspective d’une interdiction européenne des importations de brut russe.

« Le marché reste méfiant face aux échéances imminentes pour les achats européens de brut russe avant l’entrée en vigueur des sanctions le 5 décembre », ont déclaré les analystes d’ANZ Research dans une note.

Les géants mondiaux du pétrole et du gaz, dont Exxon Mobil, Chevron et Equinor, ont affiché d’énormes bénéfices au troisième trimestre, profitant de la flambée des coûts de l’énergie qui a fait grimper l’inflation dans le monde entier.

Leurs bénéfices démesurés alimentent les critiques des groupes de consommateurs aux États-Unis et en Europe. Le président américain Joe Biden a déclaré aux compagnies pétrolières qu’elles ne faisaient pas assez pour réduire les coûts énergétiques.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) devrait maintenir son point de vue selon lequel la demande mondiale de pétrole va augmenter pendant une autre décennie.

    la source :
  • Reuters