SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 January 2023, Sunday |

Les protestations en Iran : De nouvelles fuites indiquent que Khamenei et le commandant des gardiens de la révolution sont impliqués

Alors que les autorités du régime iranien font face aux protestations en utilisant la force et la répression, Iran International a obtenu un bulletin secret préparé par l’agence de presse officielle iranienne, Fars, pour le commandant en chef des Gardiens de la révolution iraniens, Hossein Salami, dans lequel il a cité le Guide suprême Ali Khamenei en disant : « Les protestations ne prendront pas fin bientôt. »

Ce bulletin secret a été révélé à la suite du piratage par le groupe de hackers « Black Reward » de l’agence de presse Fars affiliée aux Gardiens de la révolution, et Iran International l’a obtenu.

Cette nouvelle pénétration du système médiatique du régime iranien révèle la faiblesse de l’appareil de répression face à la détermination du peuple iranien, qui est descendu dans la rue dans plusieurs villes pour protester contre la situation depuis le meurtre de Mahsa Amini aux mains de la police des mœurs.

« Les protestations ne s’arrêteront pas ». C’est le mot clé du rapport secret qui a été divulgué par un média affilié au régime iranien. Cette fuite est due au fait que l’agence de presse a été piratée par un groupe d’opposition.

Dans le pamphlet classifié de 123 pages, préparé en un seul exemplaire et destiné uniquement à Salami, le guide iranien souligne que le régime est très faible dans la guerre médiatique. Il soulignait également que quelque chose devait être fait pour faire croire aux citoyens que les manifestations sont organisées par des étrangers.

Le document reflète une position remarquable du guide iranien, dans laquelle il s’attend à ce que les protestations se poursuivent et ne s’arrêtent pas. Il a également révélé que le régime iranien connaît un affaiblissement du sommet de ses pouvoirs jusqu’à sa base.

En ce qui concerne la sécurité du régime, le document montre que le relâchement touche également le bassidj, décrivant l’appareil comme inefficace et incapable de se mobiliser pour arrêter les protestations populaires.

Le document a apporté plusieurs surprises, notamment la manipulation des faits par le régime et sa tentative de montrer le nombre limité de manifestations, en manipulant les chiffres de 600 000 manifestants dans le rapport secret à seulement 40 000 dans les déclarations judiciaires.

Le document a révélé que 70 % des citoyens ne sont pas disposés à participer à une manifestation de soutien au gouvernement.