SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 August 2022, Sunday |

Les sanctions « seules » ne peuvent pas arrêter le programme nucléaire iranien

Le magazine américain « National Interest » a estimé que la stratégie de sanctions approuvée par le président américain « ne peut pas arrêter le développement d’une arme nucléaire iranienne », notant que « les raisons de l’échec de cette politique sont multiples, notamment le rapprochement de l’Iran avec la Russie et la Chine. »

Le magazine a déclaré que « le régime iranien est devenu très habile pour échapper aux sanctions, seul ou avec l’aide de la Chine et de la Russie », ajoutant que « cette alliance anti-sanctions explique pourquoi Téhéran n’était pas pressé de renégocier la relance de l’accord nucléaire, ou ce que l’on appelle le Plan global d’action conjoint. »

« L’administration de Donald Trump a imposé des sanctions écrasantes à l’Iran après le retrait de Washington de l’accord en 2018, mais Téhéran a répondu en allant de l’avant et en accélérant l’enrichissement de l’uranium, ayant collecté 43,1 kilogrammes d’uranium enrichi à 60 % en mai dernier », a-t-il ajouté.

Le magazine a souligné que les raisons de l’échec de la stratégie de sanctions sont multiples, affirmant : « Premièrement, Biden, qui voulait à tout prix rétablir l’accord JCPOA, a décidé d’assouplir les sanctions en place sous la présidence de Trump…. En conséquence, il a tacitement autorisé l’Iran à vendre plus de 780 mille barils par jour de pétrole à la Chine. »

Et il a ajouté : « Deuxièmement, l’Iran est devenu très habile pour échapper aux sanctions par lui-même et avec l’aide de la Chine et de la Russie. Le régime a mis en place de multiples plaques tournantes et réseaux d’individus et d’entreprises dans toute l’Asie de l’Est, notamment à Hong Kong, au Vietnam, à Singapour et dans d’autres pays, qui aident à livrer des produits pétroliers et pétrochimiques à la Chine. »

Il a poursuivi : « L’Iran a mis en place un système bancaire clandestin qui lui permet de manipuler des milliards de dollars (80 milliards de dollars par an, selon certaines estimations) afin d’éviter d’utiliser le système mondial SWIFT. Ce système – composé de banques commerciales étrangères, de sociétés écrans et d’une chambre de compensation des transactions – aide à déplacer l’argent iranien. »

« Troisièmement, la guerre en Ukraine a accéléré le partenariat étroit de l’Iran avec la Chine et la Russie, et a été déterminant dans les tactiques de contournement des sanctions, puisque les trois pays ont déjà signé des accords économiques à long terme », a-t-il déclaré. « L’Iran a fait de grands progrès vers l’intégration dans l’infrastructure économique dirigée par la Chine et la Russie. » .

En ce qui concerne les mesures nécessaires pour faire face à la menace iranienne croissante dans la région, le magazine américain a appelé l’administration Biden à continuer à punir le régime iranien et à étendre les sanctions contre les entreprises chinoises et russes qui traitent avec l’Iran.

« L’administration devrait soutenir l’Alliance de défense aérienne israélo-arabe pour le Moyen-Orient afin de contrer les menaces des missiles balistiques et des drones iraniens et ses activités déstabilisatrices », a ajouté le magazine.

Et le National Interest a conclu : « Si le régime iranien poursuit son avancée nucléaire, Washington doit fournir à Israël une bombe anti-bunker, qui serait capable de détruire les installations souterraines d’enrichissement de l’Iran…. Le fait de disposer d’un arsenal nucléaire protégerait le régime contre des représailles. pour ses actions visant à déstabiliser la région. »