SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 September 2021, Tuesday |

Les sous-marins d’Israël jouent un rôle crucial dans la « guerre de l’ombre » avec l’Iran

Le site israélien « N12 » a cité un responsable de la marine israélienne qui a déclaré que la flotte de sous-marins joue maintenant un rôle décisif au milieu des réalités géopolitiques changeantes et de l’escalade de la guerre de l’ombre avec l’Iran, ajoutant que « après que ces sous-marins aient été consacrés aux opérations de collecte de renseignements, la tension croissante avec Téhéran et son reflet sur la fréquence élevée des attaques sur les navires et les pétroliers dans les mers entre les deux pays, change la tâche des sous-marins. »

Le responsable israélien a déclaré : « Les sous-marins israéliens ont été utilisés pour transporter des forces et du personnel vers et depuis des terres lointaines contrôlées par l’ennemi, ce qui fait des sous-marins non seulement une arme tactique mais plutôt un élément stratégique qui donne à Israël un degré de supériorité navale sur ses ennemis. »

D’autres responsables navals ont déclaré au site qu’il y a une demande croissante d’opérations conjointes avec la flotte de sous-marins, à tel point qu’elle ne peut plus répondre à la demande, ajoutant que « pour faire face à cette situation, Israël ajoutera un sixième sous-marin à sa flotte dans les années à venir, qui est actuellement en construction en Allemagne, où Israël achète tous ses sous-marins. »

Les responsables ont ajouté que d’ici 10 ans, Israël devrait remplacer au moins la moitié de la vieille flotte de classe Dolphin par des sous-marins plus récents, plus avancés et plus grands, notant que la collecte de renseignements continuera à constituer une grande partie du rôle joué par les sous-marins israéliens, mais ils sont capables de faire plus que simplement espionner et recueillir des informations.

Les tensions régionales se sont accrues en raison d’une attaque contre un pétrolier exploité par une société israélienne au large des côtes d’Oman, dont Israël, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont accusé Téhéran d’être à l’origine, tandis que ce dernier a nié tout lien avec cette attaque ou d’autres attentats.