SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 16 October 2021, Saturday |

Les talibans accusent l’Ouest d’ignorer les demandes de mettre fin au gel des avoirs en Afghanistan

Les talibans ont mis en garde la communauté internationale contre les conséquences de ne pas abandonner les mesures punitives prises à leur encontre.

Le ministre des Affaires étrangères par intérim du gouvernement afghan, Amir Khan Muttaqi, a averti les responsables américains et de l’Union européenne lors de pourparlers à Doha de l’impact négatif qu’aurait un affaiblissement du nouveau gouvernement afghan, y compris une éventuelle nouvelle vague de migrants.

« Affaiblir le gouvernement afghan n’est dans l’intérêt de personne, mais aura certainement un impact négatif sur le monde, que ce soit dans le domaine de la sécurité ou sous la forme de l’afflux de migrants d’Afghanistan vers d’autres pays à la suite de la crise économique, sachant que la prescription d’exercer une pression en Afghanistan est futile », a déclaré Mutaqi aux diplomates occidentaux, selon un communiqué publié mercredi.

Il a ajouté « Nous appelons le monde à lever l’embargo sur l’Afghanistan, afin que les banques puissent commencer leurs activités normalement, afin que les salaires des employés soient payés par les organisations et institutions de secours, à partir des actifs financiers du gouvernement ou même par le biais de l’aide internationale ».

Selon la déclaration des talibans, les participants ont exprimé leur conviction que l’instabilité en Afghanistan n’était dans l’intérêt de personne, tout en exprimant leur inquiétude quant à « certaines questions ».

« Ils restent silencieux et parlent de fournir une aide humanitaire en quantités spécifiques, mais seulement des solutions temporaires », a déclaré Naeem Wardek, porte-parole du bureau politique des talibans, à l’agence de presse russe Novosti.

Les pays occidentaux « continuent de parler de questions spéciales telles que l’éducation des femmes, alors que l’Afghanistan est au bord d’une catastrophe humanitaire majeure », a déclaré Wardak.

    la source :
  • RT