SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 22 October 2021, Friday |

L’Éthiopie se prépare au troisième remplissage du barrage Renaissance

Une source au ministère soudanais des Affaires étrangères a déclaré que l’Éthiopie a commencé ses préparatifs pour le troisième remplissage du barrage Renaissance.

Aujourd’hui, Mercredi, la chaîne saoudienne Al-Sharq a cité la source disant que « l’Éthiopie a commencé à élever le couloir central du barrage Renaissance et à mettre des murs en béton, en vue du troisième remplissage du barrage ».

La source a ajouté que « le Soudan a remis au ministre congolais des Affaires étrangères ses remarques concernant la méthodologie de négociation dans la crise du barrage de la Renaissance ».

Le réservoir du barrage est rempli pendant la saison des pluies, qui dure de juin à septembre chaque année, et le niveau de stockage annuel est lié à la hauteur du passage médian du barrage.

Il est à noter que l’Éthiopie avait annoncé en juillet dernier, « la réussite de la deuxième phase de remplissage du barrage ».

L’Éthiopie n’a pas spécifiquement annoncé le volume d’eau stocké derrière le barrage, mais la deuxième phase a nécessité la rétention de 13,5 milliards de mètres cubes d’eau, en plus des 4,9 milliards de mètres cubes précédemment stockés dans le premier remplissage, portant l’objectif total à 18,4 milliards de mètres cubes.

Mais les experts en eau ont déclaré qu’Addis-Abeba n’avait pas réussi à atteindre son objectif lors du deuxième remplissage, car seulement 9,6 milliards de mètres cubes d’eau ont été stockés, ce qui est inférieur aux besoins d’environ 4 milliards de mètres cubes.

Les négociations entre l’Egypte et le Soudan d’une part, et l’Ethiopie d’autre part, se sont arrêtées, en raison de profondes divergences liées aux demandes des pays en aval.

A son tour, le ministre égyptien de l’Irrigation, Mohamed Abdel-Aty, a déclaré lundi que les négociations sont « presque gelées pour le moment ».

Il a souligné que « des communications à différents niveaux de certains pays, mais elles ne sont pas à la hauteur des ambitions ».

Mardi, le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi a confirmé que la position de l’Égypte est cohérente sur la nécessité de parvenir à un accord juridique et contraignant sur le remplissage et l’exploitation du barrage de la Renaissance.  »

« Nous ne voulons pas que l’eau soit une cause de conflit, mais plutôt une raison d’avantages, de coopération, de développement et de construction », a déclaré Sissi lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue hongrois, Janos Ader.