SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 October 2022, Friday |

L’hiver menace l’Europe et Moscou utilise l’énergie comme une arme

Il est certain que le conflit russo-ukrainien, qui est entré dans son septième mois depuis le 24 février, s’est transformé en une « guerre économique entre la Russie et l’Occident. »

Depuis des mois, les Européens tentent de se mettre d’accord sur un moyen de réduire leur dépendance au gaz russe, à l’approche de l’hiver, ou du moins de fermer cette « gouttière dorée », qui rapporte beaucoup d’argent à Moscou, afin d’accroître la pression sur cette dernière.

C’est peut-être ce à quoi est parvenu le Groupe des Sept en mettant fin au prix du pétrole et du gaz, afin de réduire les revenus énergétiques russes.

Cependant, la Russie a confirmé qu’elle ne fournira pas de pétrole à ceux qui ne paient pas le prix spécifié précédemment, ce qui ouvre la porte à cette guerre à un horizon inconnu.

Ce qui a poussé la Maison Blanche à souligner que la Russie utilise l’énergie comme un outil de pression sur l’Europe. « Malheureusement, il n’est pas surprenant que Moscou continue d’utiliser l’énergie comme une arme contre les consommateurs européens », a déclaré un porte-parole du Conseil national de sécurité américain à propos de la fermeture du gazoduc vers l’Europe.

Il a également souligné que les États-Unis et l’Europe coopéraient pour assurer la disponibilité d’un approvisionnement adéquat.

Il convient de noter que la Russie avait annulé aujourd’hui, 3 septembre, la date limite pour la reprise du flux de gaz dans le gazoduc, ce qui a exacerbé les problèmes de l’Europe pour s’approvisionner en combustible pour l’hiver prochain.

La société d’État russe Gazprom, qui détient le monopole des exportations de gaz russe par gazoducs, a déclaré qu’elle ne pourrait reprendre en toute sécurité le pompage de pétrole vers l’Europe qu’après avoir réparé une fuite de pétrole découverte dans une turbine vitale, sans donner de nouveau délai.

Cette déclaration est intervenue en même temps que les positions du Groupe des Sept, qui a officiellement décidé hier d’imposer un plafond au prix du pétrole russe afin de réduire les revenus de Moscou tout en maintenant le flux de pétrole vers les marchés mondiaux.