SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2021, Wednesday |

Libye: Khalifa Haftar condamné à mort

Le tribunal militaire permanent de Misrata, en Libye, a condamné jeudi le maréchal Khalifa Haftar à mort par contumace.

Le procureur militaire libyen a ordonné l’arrestation de Haftar et son inculpation pour violation du code pénal militaire.

Le procureur militaire a été cité par les médias comme disant que Haftar a fait l’objet de mandats d’arrêt et de cinq affaires entre 2019 et 2020.
Haftar a présenté sa candidature à l’élection présidentielle du 24 décembre.

Mercredi, la Commission électorale a annoncé le nom de Haftar dans les dossiers acceptés, tout en rejetant le dossier de Saïf al-Islam Kadhafi.

La candidature du fils de Haftar et Kadhafi a suscité une vaste controverse à l’intérieur et à l’extérieur de la Libye, car ils font l’objet de suivis judiciaires sur les crimes de guerre.

Le parquet militaire libyen avait demandé à la Haute Commission électorale de suspendre toute mesure concernant la candidature de Saïf al-Islam Kadhafi et De Haftar aux élections présidentielles libyennes pour crimes de guerre.

Le procureur militaire libyen a ordonné que Khalifa Haftar soit traduit en justice pour violation de la loi criminalisant le travail politique de l’armée, a déclaré le correspondant d’al-Hurra TV en Libye.

Vendredi dernier, des centaines de Libyens ont manifesté dans la capitale Tripoli et Misrata, dans l’ouest du pays, pour dénoncer la candidature de Saïf al-Islam Kadhafi et de Khalifa Haftar.

Les manifestants dans la capitale ont agité des drapeaux libyen et amazigh et brandi des banderoles en arabe et en anglais dénonçant la participation de ce qu’ils ont décrit comme des « criminels de guerre » aux élections.

Les manifestants ont piétiné des photos de Saïf al-Islam et de Haftar avec une marque rouge, ont rapporté des correspondants de l’AFP.

Le 22 septembre, Haftar a suspendu ses fonctions militaires en préparation de l’élection, conformément à la loi électorale adoptée par le parlement basé dans l’est, que certains ont critiquée comme détaillée sur la mesure de Haftar.

S’il n’est pas élu, la loi lui permet de reprendre ses fonctions antérieures.

Le successeur de Haftar a émergé au début du soulèvement de 2011 auquel il a participé pour renverser Mouammar Kadhafi.

Il est retourné en Libye en mars 2011 après 20 ans d’exil et s’est installé à Benghazi.

Haftar a mené plusieurs batailles militaires depuis lors, d’abord contre les groupes Kadhafi, puis contre les forces loyales à l’ancien gouvernement libyen d’entente nationale, avant de parvenir à un accord de cessez-le-feu en octobre 2020.

L’annonce par Haftar de sa candidature à l’élection présidentielle était attendue, bien qu’avant le début du processus politique actuel en Libye, il ait tenté de prendre le contrôle de la capitale militairement.

Haftar a lancé une opération militaire à grande échelle en avril 2019 qui a duré jusqu’au milieu de l’année dernière, avant que ses forces ne se retirent à la suite de pertes militaires et de pressions internationales.