SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2022, Friday |

L’Iran annonce le démarrage de la première raffinerie de pétrole brut lourd dans le sud du pays

Le gouvernement iranien a annoncé vendredi le début de la première phase de la première raffinerie de pétrole brut lourd sur l’île touristique de Qeshm dans la province du golfe Persique d’Hormuzgan, en présence du président Ibrahim Raïssi.

Le gouvernement a déclaré « Les ventes de la raffinerie atteindront 850 millions de dollars par an et ses produits sont orientés vers l’exportation », a déclaré l’agence de presse officielle IRNA, notant que « la raffinerie appartient à la raffinerie de pétrole Pars Bahin, basée sur l’île de Qeshm », ajoutant que «La raffinerie produira 35000 barils de pétrole brut lourd en Iran et sera convertie en produits pétroliers, notamment du bitume, de l’ALENA, du diesel et du pétrole léger ».

« La première phase de la raffinerie a créé 5 000 emplois au moment de la construction, tout en employant maintenant 300 personnes », a déclaré l’agence officielle.

Le projet de raffinerie a débuté en 2017 et en quatre ans, il a été exploité sur 45 hectares de terrain avec un investissement d’environ 220 millions d’euros, et l’investisseur dans le projet est la société holding de Basargad Energy Development Company.

Saeed Mohammed, conseiller du président iranien et secrétaire du Conseil suprême des zones économiques libres, a déclaré que la deuxième phase du développement de la raffinerie commencerait à produire 70000 barils de pétrole lourd.

Il a déclaré « La première phase de la raffinerie a été construite en utilisant des installations internes et sans aucune interférence des ingénieurs et de la technologie étrangers ».

L’île de Qashm, avec une population d’environ 150 000 habitants, est située près du détroit d’Ormuz sur la côte de la province d’Ormuzgan dans les eaux du golfe Persique.

Plus tôt jeudi, le président iranien Ibrahim Raïssi a déclaré que « les exportations de pétrole iranien dans le 13ème gouvernement ont augmenté de 40%.

Les ventes de pétrole iranien n’ont pas atteint plus de 600 000 à 700 000 barils par jour l’année dernière, ont déclaré des responsables iraniens.

L’Iran fait face à de sévères sanctions américaines sur divers secteurs, y compris le pétrole, après que l’administration de l’ancien président Donald Trump se soit retirée de l’accord nucléaire à la mi-2018.

Mais le président Raisi a souligné qu’en plus de la levée des sanctions, la question de la désactivation des sanctions et des exportations non pétrolières est sérieusement étudiée par le gouvernement.