SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 January 2023, Tuesday |

L’Iran complique les négociations de Vienne, en refusant de prolonger l’accord sur la surveillance de ses installations nucléaires

Dans un geste qui ajouterait de nouveaux obstacles aux négociations en cours pour relancer l’accord nucléaire avec les États-Unis, l’Iran a annoncé qu’il ne prolongerait pas l’accord avec l’Agence internationale de l’énergie atomique sur la surveillance de ses installations nucléaires.

Aujourd’hui, dimanche, le président du Parlement iranien, Mohammad Baqer Qalibaf, a déclaré que son pays ne prolongera pas l’accord avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, ajoutant que « l’Iran est déterminé à appliquer la loi de suppression des sanctions. »

En décembre dernier, Téhéran a commencé à mettre en œuvre la loi d’action stratégique de la loi de suppression des sanctions en Iran, ce qui signifie intensifier les activités nucléaires pour parvenir à la levée des sanctions sur le pays.

« Après l’expiration du délai de trois mois prévu par la loi, rien n’a été renouvelé, et aucun des éléments enregistrés concernant les activités nucléaires de l’Iran à l’intérieur n’a été remis à l’AIEA, ces enregistrements sont en possession de l’Iran », a déclaré M. Qalibaf dans un discours au Parlement.

Qalibaf a expliqué que « la loi sur les actions stratégiques de la loi sur la suppression des sanctions est exactement en vigueur, et le délai de l’accord avec l’AIEA ne sera pas renouvelé. »

L’Organisation iranienne de l’énergie atomique a signé un accord intérimaire de trois mois avec l’Agence internationale de l’énergie atomique lors de la visite de son directeur général Rafael Grossi à Téhéran en février dernier, deux jours avant la date limite fixée par Téhéran pour cesser d’appliquer le protocole stipulé dans l’accord nucléaire pour renforcer le contrôle de son programme nucléaire.

Selon l’accord, les caméras situées dans les installations nucléaires iraniennes enregistrent les activités nucléaires après la suspension du protocole additionnel, mais Téhéran a lié la remise de son contenu à l’AIEA à la levée des sanctions, ce qui ne s’est pas produit.

Après l’expiration de l’accord le 24 mai, l’Iran a annoncé que les caméras poursuivraient leurs missions pendant un mois supplémentaire, pour enregistrer les activités nucléaires afin de donner une chance de succès aux négociations de Vienne.

Les négociations entre l’Iran et le groupe 4+1 (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Russie et Chine) se poursuivent à Vienne, dans le but de relancer l’accord nucléaire de 2015, dont les États-Unis se sont retirés en 2018.

Les États-Unis participent aux négociations nucléaires à Vienne de manière indirecte.

L’Iran a violé à plusieurs reprises l’accord nucléaire, la plus grave étant l’augmentation du taux d’enrichissement de l’uranium à 60%, et il exige de revenir sur ces violations par la levée de toutes les sanctions américaines.