SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 February 2023, Thursday |

L’Iran continue de cibler les journalistes…

Ces derniers jours, les gardiens de la révolution iraniens ont continué de faire des descentes et de prendre d’assaut les domiciles d’un certain nombre de journalistes et de confisquer leurs appareils électroniques, selon le site Internet Iran International.

Les rapports ajoutent que les éléments du régime ont menacé d’arrêter les journalistes s’ils publiaient des contenus ou des opinions personnelles sur les manifestations, les conditions de détention ou des entretiens avec leurs familles.

Le régime avait arrêté des dizaines de journalistes dans différentes villes et convoqué des dizaines d’autres après le déclenchement des manifestations.

Le Syndicat des journalistes a confirmé l’arrestation d’environ 70 journalistes, dont la moitié ont été libérés sous caution.

La justice iranienne a inculpé un certain nombre de journalistes de rassemblement et de collusion dans le but de commettre un crime contre la sécurité nationale et d’activités de propagande contre le régime.

Alors que certains journaux ont déclaré leur pleine responsabilité pour tous les documents qu’ils ont publiés sur Mahsa Amini et sur ce qui se passe dans les manifestations populaires.

Selon « Iran International », Elaha Mohammadi, journaliste au journal « Him Mihan », a passé un bref appel téléphonique à son mari le 18 décembre, au cours duquel elle a annoncé qu’elle et Niloufer Hamidi, journaliste au journal « Sharq », avaient été transféré à la prison « Qarchak ».