SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

L’Iran continue de « procrastiner » le retour des négociations de Vienne

Un haut responsable européen a déclaré à Politico que l’Iran avait choisi de « procrastiner » sur un retour aux négociations nucléaires de Vienne.

Le journal a cité plus d’un responsable de l’UE disant que la « mission sensible » du bloc en Iran cette semaine n’a pas réussi à obtenir un engagement de l’administration dure de Téhéran à reprendre les négociations sur la relance de l’accord nucléaire en difficulté.

« Ils (les responsables iraniens) ne sont pas encore prêts à s’engager à Vienne », a déclaré un haut responsable de l’UE au journal sous couvert d’anonymat.

Sur le point de stagner, l’Iran s’est engagé à rencontrer des responsables de l’UE à Bruxelles dans les prochaines semaines pour discuter des détails des textes sur la table, lors du dernier cycle de négociations qui s’est tenu en juin dernier à Vienne.

Jeudi dernier, Enrique Mora, coordinateur de l’Union européenne pour les négociations nucléaires avec l’Iran, est arrivé à Téhéran et a rencontré Ali Bagheri , vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour les affaires politiques.

Lors de la visite d’Enrique Mora à Téhéran, des responsables gouvernementaux auraient convenu que la nouvelle équipe de négociation iranienne rencontrerait le coordinateur des négociations sur l’accord nucléaire à Bruxelles dans les deux semaines pour discuter des textes finaux du sixième cycle de pourparlers à Vienne.

« Ce n’est pas une mauvaise idée pour nous de rencontrer la nouvelle délégation iranienne, de pouvoir revoir tous les textes et répondre aux différentes questions posées par la nouvelle délégation », a commenté un responsable de l’UE.

Les principaux responsables gouvernementaux d’Ibrahim Raisi ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils étaient prêts à reprendre bientôt les pourparlers sur la relance de l’accord nucléaire, mais n’ont pas encore fixé de date, dans un retard continu de l’administration dure.

Avertissement et craintes

Un autre diplomate européen de haut rang, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a souligné « la nécessité d’être prudent à l’sujet de l’Iran » ;

Le diplomate européen a déclaré qu’il y avait des inquiétudes que l’Iran cherchait à perdre du temps et que les pourparlers de Bruxelles étaient une « distraction ».

Le coordinateur de la politique étrangère de l’Union européenne, Joseph Borrell, a déclaré samedi qu’il était prêt à rencontrer des responsables iraniens à Bruxelles avant de reprendre les pourparlers sur la relance de l’accord nucléaire à Vienne.

« Il est trop tard pour que le gouvernement d’Ibrahim et son équipe étudient la situation et se préparent à un retour aux négociations nucléaires », a déclaré Borrell.

« Je comprends que le nouveau gouvernement a besoin de temps pour étudier la question et compléter l’équipe de négociation, mais c’est fini, et il est maintenant temps de reprendre les négociations », a déclaré à la journaliste le chef de la politique étrangère de l’UE.

Interrogé sur l’échec possible de l’accord nucléaire et du plan alternatif, Joseph Burrell a déclaré qu’il ne pensait pas au « plan B » et qu’il était maintenant temps de retourner à la table des négociations.

Pendant ce temps, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a récemment averti qu’à mesure que l’Iran s’apprêtait à étendre son programme nucléaire, il y avait peu de possibilités de relancer le plan d’action de l’accord nucléaire, soulignant qu’à la lumière des actions de l’Iran, « nous nous rapprochons de plus en plus du point où l’accord nucléaire ne peut pas être rétabli ».