SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

L’Iran décide de la participation de Raisi aux réunions de l’ONU à New York

Le président iranien Ebrahim Raisi prévoit de se rendre à New York pour participer à l’Assemblée générale des Nations Unies, selon son assistant aux affaires politiques, Mohammad Jamshidi.

Jamshidi a déclaré dans un tweet via son compte Twitter officiel que « l’objectif des activités du président Ibrahim Raïssi lors de la réunion des chefs d’État des États membres de l’Organisation de coopération de Shanghai à Samarkand et de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York sera de créer un multilatéralisme par le biais d’interactions économiques avec différents pays du monde ».

Les séances plénières ordinaires de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies commenceront à New York à la mi-septembre.

Pour sa part, le chef du bureau du Président de la République d’Iran, Gholamhossein Esmaili, a annoncé aujourd’hui que Raïssi se rendra en Ouzbékistan pendant 3 jours, après quoi il se rendra à New York.

Ces derniers jours, un certain nombre de dissidents iraniens ont critiqué l’intention de Raïssi de participer à l’Assemblée générale de l’ONU, exigeant que Washington ne lui accorde pas de visa.

Plus de 50 membres du Congrès américain ont demandé au président Joe Biden de ne pas lui accorder la permission d’entrer aux États-Unis en raison d’un rôle clé dans l’exécution d’opposants politiques iraniens en 1988.

Lundi, Nasser Kanaani, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a déclaré que « le gouvernement américain est obligé de délivrer un visa à Raïssi, en réponse aux protestations contre la présence d’Ebrahim Raïssi à l’Assemblée générale des Nations Unies ».

Lors d’une conférence de presse en réponse à ces protestations, Canaani a affirmé que « le gouvernement américain, sur la base de l’accord stipulé, est obligé de fournir des installations pour la présence des chefs d’État de tous les États membres de l’ONU, y compris l’Assemblée générale ».

Il a souligné « Nous prêtons attention aux responsabilités du gouvernement américain en tant que pays hôte, et nous nous attendons à ce qu’il remplisse également ses obligations envers l’Iran » notant que le bureau de l’establishment présidentiel informerait le siège de l’ONU de la visite du président Raïssi.

Amnesty International a appelé mardi à la « formation immédiate d’un mécanisme international en relation avec les exécutions de l’été 1988 en Iran », ajoutant que « les pays actifs au sein du Conseil des droits de l’homme de l’ONU doivent demander aux autorités iraniennes de cesser de cacher les fosses communes des victimes de ce massacre ».

L’organisation a appelé les États membres du Conseil des droits de l’homme à mettre immédiatement en place un mécanisme international d’enquête sur les exécutions extrajudiciaires et les disparitions forcées de milliers de dissidents et d’opposants politiques au cours de ce massacre, exemples de crimes contre l’humanité en cours.

Le président Ebrahim Raïssi était membre du groupe et a joué un rôle clé dans l’émission de ces exécutions par décret du défunt fondateur du régime, l’ayatollah Khomeiny.