SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

L’Iran hypothèque la surveillance de ses activités sur la relance de l’accord nucléaire

Le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Behrouz Kamalvandi, a annoncé jeudi le rejet par Téhéran du rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique qui révélait que les réserves iraniennes d’uranium enrichi sont actuellement plus de 19 fois supérieures à la limite stipulée dans le Plan d’action global conjoint.

« Ils s’attendent à ce que l’Iran accepte un contrôle supplémentaire des garanties pour ses activités nucléaires et cela ne se produira pas tant que l’accord nucléaire ne sera pas relancé », a déclaré Kamalundi aux médias d’Etat, ajoutant: « Nous continuerons à enrichir de l’uranium, et le programme nucléaire pacifique de l’Iran est le plus transparent à ce jour ».

Il a ajouté « Le dernier rapport du Directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, était une répétition de cas antérieurs infondés avec des objectifs politiques ».

Sur la surveillance des activités nucléaires de l’Iran, un porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique a déclaré: « Le rétablissement du régime de vérification précédent exige que les parties au JCPOA se conforment à leurs obligations et ne devraient pas s’attendre à ce que l’Iran accepte une surveillance supplémentaire des garanties lorsqu’elles ne respectent pas leurs obligations et pendant leurs sanctions sévères contre l’Iran ».

L’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré mercredi dans son dernier rapport que « le stock d’uranium enrichi de l’Iran dépasse de plus de 19 fois la limite autorisée par l’accord international sur le nucléaire iranien en 2015 ».

Pour sa part, le département d’État américain a déclaré que le retour à l’accord ne traitera pas de toutes les activités de l’Iran, mais que son acquisition d’une arme nucléaire exacerbera encore les problèmes, considérant que « la réponse de Téhéran au projet de texte final de l’accord nous ramène en arrière et nous affirmons que nous ne conclurons pas un accord qui n’est pas dans l’intérêt de notre sécurité nationale américaine ».

Les efforts de l’Union européenne pour relancer l’accord nucléaire entre l’Iran et les États-Unis sont au point mort ces dernières semaines, Téhéran s’en étant tenu à clore le dossier pour apporter des réponses à l’existence d’activités nucléaires non déclarées dans trois installations.