SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

L’Iran perd le temps… et qu’en pense un diplomate?

Depuis des semaines, Téhéran, qui a confirmé plus d’une fois son intention de revenir à la table des négociations pour poursuivre les discussions sur la relance de l’accord nucléaire de 2015, stagne.

Plus d’un haut responsable iranien, du président de la République au ministre des Affaires étrangères, a confirmé l’intention du pays de revenir à la table des négociations de Vienne, mais cette déclaration de « bonne volonté » n’a pas été traduite sur le terrain, en plus de que Téhéran n’a pas précisé la date de son retour, mais a plutôt laissé la date « en vrac ».

Dans ce contexte, un haut diplomate occidental, qui s’est entretenu avec Politico sous couvert d’anonymat, a suggéré que Téhéran ne reviendrait pas à la table des négociations tant qu’il n’aurait pas obtenu certaines concessions.

Des concessions occidentales

« L’Iran joue certainement avec le facteur temps alors qu’il continue de renforcer son programme nucléaire afin de renforcer sa position dans les négociations et d’acquérir une influence politique », a-t-il déclaré.

Il a également ajouté : « L’Iran ne reviendra probablement pas à la table des négociations à Vienne à moins que l’Occident ne fasse un geste de bonne volonté ou fasse des concessions ».

En outre, il a estimé que les responsables du gouvernement d’Ibrahim Raisi « assurent qu’ils reprendront bientôt les négociations afin de relancer l’accord nucléaire, mais dans la pratique ils ont adopté une approche différente ».

Les comptes de l’Iran

Selon le diplomate, l’évaluation de l’Iran est très probablement que les États-Unis sont dans une position « faible » après les récents développements en Afghanistan et les désaccords avec la France, étant donné que de telles idées rendent les autorités iraniennes plus difficiles à aborder dans les négociations.

En outre, plusieurs diplomates ont confirmé à Politico que le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian avait tenu plus de 50 réunions bilatérales avec des responsables internationaux lors de sa visite à New York la semaine dernière, mais rien n’a été révélé lorsque les pourparlers nucléaires reprendraient.

Il est à noter que le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken avait confirmé hier, vendredi, que la balle est désormais dans le camp iranien, mais qu’elle ne durera pas longtemps, indiquant que la reprise des pourparlers suspendus depuis juin dernier à Vienne est désormais de retour à Téhéran.

Cette déclaration est intervenue après que le ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé plus d’une fois, par l’intermédiaire de son ministre, Hussein Amir Abdollahian, et de son porte-parole, que les négociations nucléaires reprendraient bientôt ou dans quelques semaines, sans limiter ces semaines !

Les négociations à Vienne ont commencé le 6 avril, 77 jours après la prise de fonction de Joe Biden le 20 janvier, et ont tenu 6 tours qui n’ont pas abouti à un consensus sur certaines questions épineuses, avant de s’arrêter en juin dernier (2021).

    la source :
  • alarabiya