SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 July 2022, Sunday |

L’Iran révoque le chef du renseignement des gardiens de la révolution

L’Iran a limogé Hussein Taeb, chef de la préparation du renseignement des Gardiens de la révolution, a annoncé jeudi la télévision d’Etat.

La chaîne n’a pas donné plus de détails sur le limogeage de Taq, qui travaillait dans le bureau du guide suprême iranien Ali Khamenei avant de prendre la tête du renseignement en 2009.

La télévision a déclaré que Taeb avait été nommé conseiller du commandant des Gardiens de la révolution Hussein Salami.

Le général Hussein Taeb, chef du service de renseignement du Corps des gardiens de la révolution iranienne, ne fréquente pas les médias et est presque inconnu du public, comme tous les agents de renseignement, mais malgré la rareté des informations disponibles à son sujet, il est l’homme le plus dangereux en Iran de tous les temps, compte tenu des rôles complexes qu’il joue à l’extérieur et à l’intérieur.

Selon le journal Israel Hayom le nom de Hussein Taeb a récemment été rapporté dans les services de sécurité israéliens comme le cerveau des attaques contre les Israéliens sur le territoire turc.

Elle a déclaré que Taeb est une figure éminente des Gardiens de la révolution, « un religieux qui dirige le renseignement depuis plus d’une décennie, et selon les rapports, il craint maintenant de perdre son emploi face à une série d’incidents mortels mystérieux dans divers endroits en Iran attribués à Israël ».

Elle a ajouté que Taeb est né dans les années 1960 et a étudié le droit islamique dans des centres à Téhéran, Qom et Mashhad. Parmi ses collègues dans la file se trouvait aujourd’hui le Guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei.

Après la révolution islamique de 1979, Taeb a rejoint les Gardiens de la révolution et a occupé des postes secrets dans l’organisation dans les provinces de Téhéran, Mashhad et Qom, avant de prendre la tête du Bassidj.

En octobre 2009, Taeb a été nommé à la tête du service de renseignement des Gardiens de la révolution « après avoir été impliqué dans la répression brutale des manifestations de masse qui ont éclaté après les résultats des élections controversées de cet été-là », a déclaré le journal.

    la source :
  • Des agences
  • Reuters