SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

L’Iran saisit un navire dans le Golfe pour contrebande de carburant

Les forces navales iraniennes ont saisi un navire qui, selon elles, transportait du carburant de contrebande sur l’île de Qeshm, dans les eaux du golfe Persique.

L’agence de presse iranienne Tasnim a cité le juge en chef de la province d’Hormozgan, Mojtaba Kahramani, affirmant qu’« un navire flottant transportant plus de 147 800 litres de carburant de contrebande a été saisi dans les eaux de l’île de Qeshm, dans la province méridionale d’Hormuzgan ».

La marine iranienne a arrêté l’équipage du navire, qui n’a pas encore été identifié, composé de 7 personnes, les accusant de planifier de faire passer en contrebande cette importante cargaison de diesel depuis la frontière maritime du pays.

La marine iranienne a affirmé que l’équipage du navire avait changé la coque du navire et placé le réservoir de carburant sur son pont, mais n’avait pas respecté son plan.

« Sept membres d’équipage de ce navire ont été arrêtés et sont en détention avec l’émission d’un mandat pénal pour terminer l’enquête et les procédures judiciaires », a déclaré le juge en chef de Hormozgan.

Le responsable iranien n’a pas précisé l’identité du navire et le pavillon qu’il portait, et la nationalité des détenus n’est pas encore claire.

Kahramani a expliqué que la valeur de cette cargaison de carburant est de 145 milliards de riyals (environ 3,4 millions de dollars américains), soulignant que le carburant découvert à partir de ce navire sera livré à la Société de distribution de produits pétroliers conformément aux procédures légales.

Le 10 août, les autorités iraniennes ont affirmé avoir saisi un navire flottant transportant plus de 277 000 litres de carburant de contrebande dans les eaux du golfe Persique.

Le neuvième avril, les Gardiens de la révolution iraniens ont arrêté un navire battant pavillon tanzanien dans le Golfe sous prétexte de contrebande de carburant.

Début janvier, le Washington Post a fait état d’une série de « contrebandes de carburant » de l’Iran vers la Chine, la Somalie et le Yémen avec un rôle central pour les Gardiens de la révolution iraniens.

Selon le rapport, « en plus des Gardiens de la révolution, des agents du gouvernement iranien et un certain nombre de compagnies maritimes privées enregistrées dans les pays du sud du golfe Persique coopèrent dans ce processus ».

Des analystes spécialisés dans l’industrie de l’énergie et de la sécurité de la région ont confirmé que l’accent mis par le CGRI sur la contrebande de carburant iranien est si important que, dans certains cas, il a empêché des personnes dans certaines régions qui mènent certaines de leurs activités sans la permission du groupe.