SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

L’Iran utilise une flotte de « pétroliers furtifs » pour faire passer du pétrole en Chine

L’Iran a recours à l’évasion et à la tromperie pour contourner les sanctions qui lui sont imposées, notamment en ce qui concerne la vente de pétrole, qui est le principal tributaire du budget du régime iranien.

Un journal britannique a révélé que l’Iran utilise une « flotte fantôme » de pétroliers pour transporter du pétrole vers la Chine, en violation des sanctions qui lui sont imposées pour financer son programme nucléaire.

Et le journal « Daily Mail » a rapporté que Téhéran a doublé le nombre de vols de ses transporteurs l’année dernière pour le porter à 123.

Le journal note que les pétroliers naviguent sous le pavillon d’autres pays et ont fait passer en fraude jusqu’à un million de barils de pétrole par jour vers la Chine l’année dernière.

Selon les experts du renseignement, l’expansion de la flotte montre que l’Iran, qui a porté à sa tête le partisan de la ligne dure Ebrahim Raissi, favorise le développement de ses capacités nucléaires en dépit des restrictions internationales.

La flotte utilise une série de techniques pour échapper aux sanctions alors qu’elle navigue dans le monde avec ses cargaisons illicites, y compris l’enregistrement de navires dans de petites nations incapables de surveiller leurs transporteurs de pavillon.

Les navires iraniens contournent le système mondial de localisation (GPS), qui signale la position des navires, ce qui leur permet d’accoster dans des zones interdites sans être détectés.

Le journal affirme que les images satellites qu’il a vues montrent des navires iraniens contournant le régime, ainsi que d’autres navires transférant du pétrole à des navires chinois dans la mer de Chine méridionale.

Le journal affirme que la Chine a violé l’embargo américain sur le pétrole iranien et a multiplié ses transactions secrètes avec Téhéran au cours des six derniers mois, selon les données de l’organisation United Against Nuclear Iran.

L’organisation a utilisé des images satellites et suivi 24 heures sur 24 le trajet des pétroliers iraniens pour surveiller leurs mouvements en violation des sanctions imposées à Téhéran.

Selon ces données, Pékin achetait en moyenne 700 000 barils de pétrole iranien par jour jusqu’en avril dernier, et ses achats ont atteint un million de barils, ce qui en fait le principal client de Téhéran.

Selon le journal, des navires iraniens transportant 18 millions de barils de pétrole se trouveraient en mer de Chine méridionale.

La flotte iranienne peut transporter près de 100 millions de barils de pétrole brut ou de carburant et environ 12 millions de barils de gaz de pétrole liquéfié – pour une valeur totale de 5,5 milliards en livres sterling.