SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

L’Iraq enregistre plus de 14 milles incendies depuis le début de l’année

L’Irak a enregistré plus de 14 000 incendies entre le début de cette année et juillet, a révélé jeudi une statistique gouvernementale.

Le nombre d’incendies dans le pays depuis le début de cette année a atteint 14.715, a indiqué jeudi l’agence de presse officielle irakienne Waa, ajoutant que le mois de juin a connu le plus grand nombre d’incendies, qui s’est chiffre à 3.215.

L’agence n’a pas précisé combien d’incendies avaient englouti des édifices gouvernementaux, mais a noté que le recensement incluait également les incendies de champs de blé et d’orge qui ont balayé le pays il y a des mois.

« La négligence et le mépris sont à l’origine de l’augmentation des incidents d’incendie, et plus il y a de violations, plus il y aura d’incendies », a déclaré le major-général Kazem Salman, directeur général de la défense civile, dans un communiqué de presse jeudi, notant que la loi irakienne sur la défense civile oblige toutes les institutions à allouer une partie de leurs budgets aux outils de défense civile.

Il a également souligné que l’Iraq avait été le théâtre d’un grand nombre d’incendies au cours des derniers mois, en raison de diverses causes de ces incendies, notamment la sollicitation d’électricité.

« Les postes de police reçoivent parfois des rapports d’incendie criminel, et certains incendies causent des décès. »

Jeudi, les autorités irakiennes ont annoncé un incendie à la Compagnie pétrolière générale au sud de Bagdad, quelques heures après que deux incendies se sont déclarés dans le bâtiment de l’autorité du tourisme et le département des indemnisations du ministère de la Justice dans le centre de la capitale.

Plus tôt, un incendie à l’hôpital Nassiriya, dans le sud du pays, le mois dernier, a fait plus de 100 morts et des dizaines de blessés, et près de 200 personnes ont été tuées et blessées dans un incendie qui s’est déclaré à l’hôpital Ibn al-Khatib de Bagdad en avril.

Plus de trois semaines après la tragédie de l’incendie de l’hôpital de Nassiriya, les autorités irakiennes n’ont pas encore annoncé les résultats de l’enquête, et le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi a promis mardi que les résultats seraient révélés, promettant de demander des comptes aux victimes, et a déclaré lors d’une réunion avec les familles des victimes que l’incendie qui s’est déclaré à l’hôpital, et a été accepté par l’incendie de l’hôpital Ibn al-Khatib, « indique clairement un défaut dans le système administratif de l’Etat qui s’accumule depuis 2003 ».

Mardi, le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi s’est engagé à révéler les résultats d’une enquête sur l’incendie qui s’est déclaré à l’hôpital de Nassiriya pour l’isolement des personnes blessées à Coruna le mois dernier, tuant et blessant des dizaines de personnes, promettant de lourdes peines pour les mineurs.

Plus de 100 personnes ont été tuées et des dizaines blessées à l’hôpital sans connaître les véritables causes de l’incendie, le deuxième en trois mois, au cours duquel quelque 200 personnes ont été tuées et blessées à la suite de l’incendie de l’hôpital ibn al-Khatib pour isoler les infectés par Covid à Bagdad en avril dernier.

Les autorités irakiennes se sont déjà engagées à divulguer les résultats de l’enquête dans un délai d’une semaine et à traduire les mal-performants en justice, mais rien de tout cela ne s’est produit.

Lors d’une réunion avec les familles des victimes de l’hôpital Nassiriya, al-Kadhimi a déclaré que l’incendie qui s’est déclaré dans l’hôpital, qui a été accepté par l’incendie de l’hôpital Ibn al-Khatib, « indique clairement qu’il y a eu un dysfonctionnement dans le système administratif de l’État qui s’accumule depuis 2003.