SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

L’ONU met en garde contre un retour des « combats à grande échelle » en Syrie

L’ONU a mis en garde, mercredi, dans un nouveau rapport, contre le risque d’une escalade du conflit sanglant en Syrie, après l’éclatement de plusieurs fronts de combat à travers le pays ces derniers mois.

« La Syrie ne peut pas se permettre de reprendre les combats à plus grande échelle, mais c’est là qu’elle pourrait se diriger », a déclaré Paulo Sergio Pinheiro, chef de la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie.

Le rapport de 50 pages conclut qu’en dépit de l’accalmie sur de nombreux fronts de combat ces dernières années, « les violations flagrantes des droits fondamentaux de l’homme et du droit humanitaire » ont augmenté dans tout le pays au cours des six derniers mois.

Le rapport note que des combats ont éclaté dans le nord-est et le nord-ouest de la Syrie, causant des dizaines de morts parmi les civils et limitant l’approvisionnement en nourriture et en eau.

Le membre du comité, Hani Megally, a déclaré qu’il avait documenté au cours des trois derniers mois en particulier que les combattants russes avaient lancé davantage de raids sur les zones contrôlées par l’opposition.

« Nous avons cru à un moment donné que la guerre était complètement terminée en Syrie », a déclaré Pinheiro aux journalistes à Genève, mais les violations documentées dans le rapport prouvent le contraire.

Le 9 septembre, sept Syriens ont été tués et 15 autres blessés lors de frappes aériennes russes à l’ouest de la ville d’Idlib.

Les sites ciblés comprenaient une maison et une installation industrielle près des villages de Sheikh Yusuf et Hafsarja dans la ville, qui ont été bombardés par des missiles sol-sol chargés de bombes à fragmentation.

Le 19 août, la Défense civile syrienne a annoncé la mort d’au moins 9 civils, dont des enfants, et la blessure de 28 autres, dans le bombardement des forces du régime syrien qui visait un marché populaire de la ville d’Al-Bab, située à la campagne nord d’Alep.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a déclaré à l’époque que les bombardements provenaient des sites de déploiement des forces du régime de Bachar al-Assad et du Conseil militaire d’Al-Bab dans la campagne nord d’Alep.

    la source :
  • Des agences
  • Reuters