SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

L’OTAN : Les dirigeants politiques afghans n’ont pas réussi à affronter les talibans

L’OTAN a déclaré que les dirigeants politiques afghans n’ont finalement pas réussi à affronter les talibans et à trouver une solution pacifique.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mardi que les talibans devaient empêcher que l’Afghanistan ne redevienne un terreau pour le terrorisme.

« Ceux qui détiennent le pouvoir en Afghanistan ont maintenant la responsabilité de veiller à ce que les terroristes internationaux ne reprennent pas pied », a déclaré Jens Stoltenberg aux journalistes à Bruxelles.

Il a ajouté : « Une partie des forces de sécurité afghanes s’est battue courageusement, mais elle n’a pas pu sécuriser le pays ; parce que les dirigeants politiques afghans ont finalement échoué à affronter les talibans et à trouver une solution pacifique, dont les Afghans avaient désespérément besoin. »

Le mouvement taliban a commencé son incursion par des attaques contre des positions gouvernementales dans les campagnes et des meurtres prémédités dans les villes.

Le Comité international de la Croix-Rouge a déclaré que plus de 40 000 personnes souffrant de blessures liées aux armes ont été traitées dans des établissements soutenus par le CICR au cours des mois de juin, juillet et août, dont 7 600 depuis le premier de ce mois.

Les forces américaines doivent achever leur retrait d’ici la fin du mois, conformément à l’accord conclu avec les talibans, qui prévoit notamment l’engagement de ne pas laisser l’Afghanistan servir de plate-forme au terrorisme international.

Le président afghan Ashraf Ghani a quitté le pays dimanche alors que les combattants talibans entraient dans la ville, déclarant vouloir éviter une effusion de sang.

Le même jour, environ 640 Afghans se sont entassés dans un avion de transport américain C-17 à destination du Qatar, selon une photo prise depuis l’intérieur de l’appareil.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé à des pourparlers en vue de la formation d’un nouveau gouvernement en Afghanistan, après que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en garde contre des « restrictions effrayantes » des droits de l’homme et des abus contre les femmes et les enfants.

Les talibans ont déclaré que les dissidents ne seraient pas punis et ont promis de respecter les droits des femmes, des minorités et des étrangers, mais de nombreux Afghans sont sceptiques et craignent de l’arrestation.

Le responsable des droits de l’homme des Nations unies s’est dit inquiet pour la sécurité de milliers d’Afghans qui travaillent dans le domaine des droits de l’homme. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a demandé l’arrêt des retours forcés d’Afghans, y compris de demandeurs d’asile déboutés.