SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

L’OTAN: Les sanctions contre la Russie sont nouvelles et affectent la machine de guerre

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que les pays de l’alliance étaient convenus de renforcer leur soutien à l’Ukraine face à la guerre russe.

Stoltenberg a déclaré à l’issue d’une réunion de deux jours des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN à Bruxelles que les alliés avaient apporté un grand soutien à l’Ukraine et avaient formé des dizaines de militaires ukrainiens, et avaient convenu d’augmenter ce soutien.

Il a déclaré que les sanctions imposées par les alliés à Moscou sont sans précédent et affectent la machine de guerre russe.

Plus tôt, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a déclaré que son pays demandait des armes à l’OTAN « avant qu’il ne soit trop tard », et a souligné qu’il continuerait d’exhorter les pays occidentaux à imposer une interdiction complète des importations d’énergie russe.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré qu’il exhortait les alliés à fournir davantage de soutien militaire à l’Ukraine, « compte tenu de son besoin urgent de systèmes de défense aérienne, d’armes antichars, ainsi que d’armes légères et lourdes ».

Le cours des négociations

D’autre part, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré – aujourd’hui jeudi – que l’Ukraine avait remis hier à la Russie un projet d’accord de paix qui comprend des éléments « inacceptables » et représente un écart par rapport aux propositions précédemment convenues par les deux parties, comme il l’a dit ce.

Stoltenberg a également annoncé que les pays de l’OTAN discuteront du concept de sécurité stratégique lors de la conférence de Madrid en juin prochain, et le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que les ministres avaient discuté lors de leur réunion du concept de sécurité stratégique pour l’alliance au cours de la prochaine décennie.

Lavrov a ajouté que cela met en évidence « les véritables intentions et la position de Kiev de perturber, voire de saper, les pourparlers en s’éloignant des accords qui ont été conclus ».

Mais il a précisé que « malgré toutes les provocations », la délégation russe poursuivra le processus de négociation et « fera pression pour que nous parvenions à un projet d’accord définissant clairement et complètement nos positions et nos exigences initiales et principales ».

Le Kremlin a annoncé aujourd’hui que le président russe Vladimir Poutine avait discuté avec des membres du Conseil de sécurité russe de l’opération militaire en Ukraine et des négociations avec Kiev.