SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

L’Ukraine demande davantage de sanctions contre la Russie

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a déclaré lundi que davantage de pression devait être exercée sur la Russie par le biais de sanctions, appelant à un boycott mondial des entreprises internationales qui continuent d’opérer en Russie.

Lors d’un point de presse sur la guerre entre la Russie et l’Ukraine, Kuleba a également appelé les ports internationaux à empêcher l’accostage des navires et des marchandises russes.

« Les entreprises internationales devraient quitter la Russie, à la fois pour des raisons éthiques et pratiques », a déclaré Kuleba.

La Russie a fait face à une série de sanctions internationales suite à son invasion de l’Ukraine le 24 février.

Kuleba a déclaré qu’il pensait qu’une autre série de sanctions contre la Russie était imminente.

Augmenter les peines

Les diplomates de l’Union européenne ont convenu d’élargir la portée d’un troisième ensemble de sanctions contre la Russie et la Biélorussie, afin de cibler davantage de hauts fonctionnaires et de dignitaires, dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine par le pays.

Dans un communiqué de presse des 27 États membres, le représentant de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré que les mesures plus strictes comblent les lacunes des sanctions existantes et ciblent le secteur financier biélorusse.

La troisième série de sanctions contre la Russie, la plus importante depuis l’invasion, comprend un gel des actifs de la Banque centrale russe du bloc et une interdiction des médias pro-Kremlin dans l’Union européenne.

Le communiqué de presse indique que les sanctions visent 160 personnes, dont 14 personnes supplémentaires parmi les riches hommes d’affaires les plus en vue liés à Poutine et les membres de leur famille, ainsi que 146 membres du Conseil de la Fédération, la chambre haute du parlement russe.

Ainsi, l’Union européenne a imposé des sanctions à 862 personnes et 53 entités depuis que la Russie a annexé la Crimée en 2014, reconnu l’indépendance des régions de Louhansk et de Donetsk dans l’est de l’Ukraine et envahi le pays en février dernier.

Les sanctions de l’Union européenne visaient également le cercle restreint du président russe Vladimir Poutine, et la liste des sanctions comprend Igor Sechin, PDG du géant pétrolier russe « Rosneft » et Nikolai Tokarev, PDG de la compagnie pétrolière russe « Transneft ».

Parmi les autres personnes sanctionnées figurent le violoncelliste proche de Poutine, Sergey Roldugin et le porte-parole présidentiel russe Dmitry Peskov.

Les sanctions prévoient le gel de tous les avoirs détenus par ces personnes dans l’Union européenne ainsi que des restrictions à leur liberté de voyager au sein de l’Union européenne.

Les sanctions imposées en raison de la guerre de la Russie contre l’Ukraine ont fait chuter le rouble et ont rendu difficile pour la Russie l’obtention de devises étrangères.

Trois grandes agences de notation ont inclus la dette à long terme de la Russie dans la catégorie susceptible de ne pas être en mesure de payer ses dettes en raison de l’arriéré de sanctions. Fitch a ensuite dégradé davantage Moscou, jugeant le risque d’un défaut de paiement de la dette souveraine « imminent ».

Plus la cote de crédit est faible, plus la confiance des prêteurs du pays est faible et moins ils peuvent emprunter de l’argent à un intérêt raisonnable.