SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 October 2022, Sunday |

L’Ukraine est confrontée à un grand problème

Selon le Washington Post, la Russie a ciblé les munitions ukrainiennes dans le but d’affaiblir la position de Kiev sur le champ de bataille.

Le journal a ajouté dans un rapport que « l’Ukraine est confrontée à une pénurie d’obus d’artillerie, suite à une campagne russe de huit ans de terrorisme et de sabotage, en plus d’une série de bombardements qui ont visé les principaux dépôts de munitions en Europe de l’Est, selon les responsables du gouvernement ukrainien et les analystes militaires. »

Il a souligné que « les combats dans le sud et l’est de l’Ukraine sont maintenant représentés par des échanges d’artillerie, car le manque de munitions d’artillerie en Ukraine a exacerbé la grande différence entre les deux forces militaires sur le champ de bataille, compte tenu de la supériorité de l’armée russe en termes d’équipement. »

Et il a poursuivi : « La Russie lance plus de 60 000 obus par jour, soit 10 fois plus que ce que l’Ukraine tire », selon Hana Maliar, vice-ministre de la Défense de l’Ukraine, qui a déclaré que « même si nous donnons des munitions à tout le monde, cela ne sera pas suffisant. »

De plus, il a indiqué que « la plupart des pièces d’artillerie ukrainiennes datent de l’ère soviétique, ce qui signifie qu’elles utilisent les mêmes obus d’artillerie de 122 mm et 155 mm que la Russie. »

Et le journal américain a ajouté : « Mais en dehors de la Russie, les approvisionnements sont très peu nombreux, en grande partie parce que Moscou a ciblé pendant des années les installations de munitions ukrainiennes et les fournitures appartenant aux pays d’Europe de l’Est, avant de commencer son invasion massive de l’Ukraine à la fin de février dernier. »

Aussi, le journal a considéré que « la Russie a également travaillé pour obtenir des munitions, ou empêcher leur vente à l’Ukraine. »

En outre, le « Washington Post » a expliqué que « les obusiers, qui sont utilisés par l’OTAN et les États-Unis, tirent des obus de 105 mm et 155 mm, et les pays occidentaux ont fourni de grandes quantités de ces obus à l’Ukraine. »

Mais il a indiqué qu’ « un nombre limité de systèmes a été fourni pour le lancement, et bien que les États-Unis et l’Europe se soient engagés à envoyer plus d’artillerie, l’Ukraine souffre toujours d’un manque de capacités pour remplacer complètement le matériel soviétique par des systèmes de style OTAN. »

Le journal cite des analystes qui affirment que « la Russie savait très bien qu’au cours de la longue guerre d’usure, l’Ukraine souffrirait d’une pénurie de munitions. »

Les responsables ont ajouté : « Dans le même temps, Kiev était bien consciente de cette faiblesse, mais elle n’est devenue douloureuse qu’après que les forces russes ont pris d’assaut l’est et le sud de l’Ukraine, où la première vague de raids aériens russes s’est concentrée sur les dépôts de munitions ukrainiens. »

Andreï Zagordnyuk, ancien ministre ukrainien de la Défense, a déclaré qu’ « à la lumière de ces préoccupations, des discussions ont eu lieu sur la nécessité de produire des munitions, mais même si le gouvernement ukrainien fabriquait ces munitions, la Russie aurait détruit ces installations dès le premier jour de la guerre. »