SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

L’Ukraine nie avoir conclu un accord avec la Russie concernant l’évacuation des civils à Marioupol

L’Ukraine a nié lundi avoir conclu un accord avec la Russie sur l’évacuation des civils d’une aciérie dans la ville méridionale de Marioupol, et a déclaré que les Nations Unies devraient être « l’initiateur et le garant » d’un tel accord.

La Russie a déclaré plus tôt dans la journée qu’elle ouvrirait un couloir humanitaire pour que les civils piégés sous les bombardements, ainsi que les soldats ukrainiens, quittent l’immense usine sidérurgique d’Azovstal.

« Aujourd’hui, l’armée russe a de nouveau annoncé qu’il y avait un couloir permettant aux civils de quitter Azovstal.C’est crédible si les Russes n’avaient pas détruit les couloirs humanitaires tant de fois auparavant », a déclaré la vice-première ministre ukrainienne Irina Vereshchuk sur l’application de messagerie Telegram.

« Il est important de comprendre que le corridor humanitaire fonctionne avec l’accord des deux parties. Un corridor déclaré unilatéralement n’assure pas la sécurité et n’est donc pas un corridor humanitaire.

Elle a déclaré que l’Ukraine « a lancé un appel au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, pour qu’il soit l’initiateur et le garant du corridor humanitaire pour les civils d’Azovstal ».

Elle a ajouté que des représentants des Nations Unies et du Comité international de la Croix-Rouge devraient être présents lorsque le corridor humanitaire fonctionnera.

Peu de temps après ses remarques, un assistant du président Volodymyr Zelensky a déclaré que les forces russes attaquaient l’aciérie depuis les airs, avec de l’artillerie et des chars.

António Guterres doit tenir des pourparlers à Moscou et à Kiev cette semaine.

L’agence de presse RIA, citant le ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré que Moscou avait l’intention de discuter des questions liées à Marioupol et à l’usine d’Azovstal avec António Guterres.

Les Nations unies ont déclaré que Guterres avait rencontré lundi le président turc Tayyip Erdogan et qu’ils avaient « souligné l’urgence » d’ouvrir des couloirs humanitaires pour évacuer les civils et acheminer l’aide.

Mais l’ambassadeur adjoint de Russie aux Nations Unies, Dmitry Polyansky, a déclaré que la trêve permettrait uniquement aux forces ukrainiennes de se regrouper.

« Nous ne pensons pas qu’un cessez-le-feu soit une bonne option pour le moment », a déclaré Polyansky aux journalistes, notant que ce n’était « pas à moi de prendre la décision ».

    la source :
  • Reuters