SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 June 2022, Thursday |

L’Union africaine met en garde contre la poursuite du blocus des ports ukrainiens par la Russie

Le chef de l’Union africaine, le président sénégalais Macky Sall, a mis en garde contre le blocus russe des ports ukrainiens, le considérant comme ouvrant la voie à un « scénario désastreux », selon ses termes.

Dans un discours aux dirigeants de l’Union européenne, à Bruxelles, mardi, il a mis en garde contre les pénuries généralisées de marchandises et les hausses de prix sur tout le continent africain.

282 millions de personnes souffrent

Sall a également déclaré lors de la réunion, qui visait à aider l’Ukraine, que l’arrêt des exportations de céréales et d’engrais via la mer Noire est un sujet de préoccupation pour un continent de 282 millions de personnes sous-alimentées, notant que le prix des engrais à travers l’Afrique a déjà triplé par rapport à 2021.

Il a également expliqué que, selon certaines estimations, la production céréalière en Afrique diminuera de 20 à 50 pour cent cette année. « Nous aimerions faire tous les efforts possibles pour libérer les stocks de céréales disponibles et assurer le transport et l’accès aux marchés », a-t-il déclaré.

De son côté, Charles Michel, président du Conseil européen, a souligné que l’Union ne ménageait aucun effort pour libéraliser les exportations ukrainiennes par voie terrestre et explorer des routes maritimes alternatives.

Il est à noter que depuis le lancement de l’opération militaire russe sur le territoire ukrainien et le contrôle par les forces russes de la mer Noire, négligée par de nombreux ports ukrainiens, les craintes d’une crise alimentaire mondiale se sont accrues, d’autant plus que les deux pays sont au premier rang des pays exportateurs de céréales, notamment de blé.

Entre 2018 et 2020, les pays africains ont importé 44% de leur blé de Russie et d’Ukraine, selon les statistiques des Nations Unies.

Moscou tient l’Occident pour responsable

D’un autre côté, Moscou a toujours blâmé l’Occident pour toute crise alimentaire dans le monde, ou même la hausse des prix des céréales. Plus tôt dans la journée, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a également répété ces accusations, considérant la solution à la crise alimentaire mondiale provoquée par le conflit russo-ukrainien aux mains de l’Occident et de Kiev.

Il a estimé que les pays occidentaux « causaient de nombreux problèmes artificiels en fermant leurs ports aux navires russes et en perturbant les chaînes logistiques et financières ».

Il a également appelé Kyiv à dégager ses eaux territoriales pour permettre aux navires de traverser en toute sécurité les mers Noire et Azov.

Il convient de noter que la Russie et l’Ukraine produisent environ 30 % des ressources mondiales en blé.