SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 9 August 2022, Tuesday |

L’Union européenne avertit la Russie… Pas de négociations sous la pression des mouvements militaires

Aujourd’hui, jeudi, l’Union européenne a totalement refusé de négocier avec la Russie sous la pression de ses mouvements militaires à la frontière avec l’Ukraine.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a averti aujourd’hui que les mouvements des forces russes à la frontière avec l’Ukraine font « partie de la pression » exercée par Moscou pour obtenir ses demandes.

Mais il a également déclaré, avant le début d’une réunion informelle avec les ministres de la défense des pays du bloc sur le risque d’éclatement d’un nouveau conflit sur le territoire ukrainien, qu’ « il est hors de question de négocier sous la pression » relative à l’Ukraine.

« Nous avons obtenu la garantie qu’aucune décision ne sera prise, aucune négociation n’aura lieu sans les Européens, et la coordination avec les Américains est excellente », a ajouté Borrell.

Et il a expliqué : « Aucune décision ne sera émise aujourd’hui car la réunion est informelle, mais des positions politiques seront énoncées. »

« Nous examinerons la position de l’Union européenne et déterminerons comment nous allons faire face à la crise », a-t-il ajouté.

La position allemande

À son tour, la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbork a souligné, avant la réunion, que la solidarité européenne « est importante pour faire face à des acteurs autoritaires tels que la Russie et la Chine. »

Hier, Bruxelles a été le théâtre d’une réunion à laquelle participaient les États-Unis et leurs alliés européens, ainsi que la Russie, dans le but d’éviter une guerre sur la crise ukrainienne, mais elle a été qualifiée par ses parties de « non réussie. »

La réunion, qui s’est tenue au siège de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), dans la capitale belge, a coïncidé avec l’escalade entre Moscou et Washington, et les pays européens.

Washington et ses alliés considèrent qu’il existe une menace russe d’envahir l’Ukraine, mais Moscou, qui dément toute l’affaire, n’a montré aucun signe d’apaisement à ce stade.

Moscou avait accepté de relancer le « Conseil OTAN-Russie » dans le cadre duquel se tient la réunion, un organe consultatif créé en 2002 et suspendu en juillet 2019.