SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

L’Union européenne propose une concession majeure à l’Iran pour relancer l’accord sur le nucléaire

Alors que les négociations nucléaires vacillent en raison de l’intransigeance de l’Iran dans ses positions, l’attention internationale se tourne vers Téhéran et sa réponse aux dernières propositions européennes dans les négociations nucléaires de Genève.

Et le journal américain « The Wall Street Journal » a rapporté que des diplomates de l’Union européenne avaient proposé de faire ce qu’il a décrit comme une « nouvelle concession importante » à l’Iran afin de relancer l’accord nucléaire, visant à ce que l’Agence internationale de l’énergie atomique mettre fin rapidement à une enquête qu’il mène sur les activités nucléaires antérieures de Téhéran.

Elle a ajouté que la proposition européenne à l’Iran aborde un point de discorde majeur dans les pourparlers de Vienne liés à l’arrêt par l’AIEA de son enquête sur les matières nucléaires non déclarées trouvées en Iran en 2019, tandis que la proposition européenne exige également de l’Iran qu’il réponde aux préoccupations de l’agence avant l’accord nucléaire. accord entre en vigueur.

Certains se sont interrogés sur la possibilité que Téhéran accepte la proposition européenne, notamment après les déclarations de Borrell, au cours desquelles il a souligné que l’accord sur le nucléaire ne serait plus négocié.

La position de l’Iran

Un diplomate iranien a déclaré que son pays pourrait accepter les dernières propositions européennes lors des négociations finales à Genève, s’il rassurait Téhéran sur divers points.
Dans des déclarations à l’agence de presse iranienne (IRNA), il a indiqué que « l’Iran examine les propositions reçues pour s’assurer que ses demandes sont satisfaites ».

Le diplomate iranien a souligné que « les propositions européennes devraient garantir à l’Iran une assurance concernant les allégations politiques liées aux questions de garanties, la levée de toutes sortes d’embargos et la garantie que l’accord nucléaire n’est pas violé ».

Selon le site officiel du ministère iranien des Affaires étrangères, un haut responsable a déclaré que « le coordinateur européen des négociations de Vienne, Enrique Mora, a présenté des propositions sur des questions liées aux négociations de Vienne aux autres parties, et nous leur avons fourni une première réponse . »

Au cours des pourparlers en cours, Téhéran se concentre sur la question de la levée des sanctions et sur le fait qu’il n’acceptera pas de nouvel accord ni ne prendra aucun engagement au-delà de ce qui était indiqué dans l’accord dans sa forme originale.

Des pourparlers indirects ont lieu entre Washington et Téhéran, dans le but de relancer l’accord nucléaire, signé en 2015, entre l’Iran et les grandes puissances internationales (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne).

Les États-Unis se sont unilatéralement retirés de l’accord en mai 2018 et ont réimposé des sanctions économiques à l’Iran, et Téhéran a répondu en abandonnant certaines des restrictions à son activité nucléaire stipulées dans l’accord.