SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Malley : L’Iran traite brutalement les manifestants

Le représentant spécial des États-Unis pour l’Iran, Robert Malley, a affirmé que son pays est déterminé à aider le peuple iranien.

Dans un tweet publié sur son compte Twitter dimanche, Malley a noté que « tandis que le gouvernement iranien brutalise des manifestants pacifiques et empêche leur accès à Internet, les États-Unis prennent des mesures pour les aider. »

« Une attitude hostile »

Cette déclaration intervient après que Téhéran a considéré que la décision de Washington d’accorder des exceptions au régime de sanctions qu’elle impose au pays afin d’aider à fournir une connexion continue à Internet aux Iraniens, comme une « mesure conforme à la position hostile des États-Unis à son égard. »

L’observatoire NetBlocks chargé de surveiller les pannes d’Internet a signalé samedi que le service Internet mobile avait été interrompu au moins trois fois ces derniers jours en Iran.

Il a également indiqué que l’application Skype de Microsoft a été restreinte, en plus de l’arrêt ou de la désactivation d’Instagram, WhatsApp, Linkedin et d’autres applications de communication.

Coupure d’Internet

Les militants iraniens ont confirmé que cette interdiction vise à masquer les images montrant les interventions violentes des forces de sécurité à l’encontre des manifestants, et à empêcher leur diffusion dans le monde entier.

Il convient de noter que des manifestations ont éclaté en Iran il y a une semaine, pour dénoncer la mort d’une Kurde de 22 ans, Mahsa Amini, tombée dans le coma après avoir été détenue par la « police des mœurs », qui impose des règles strictes sur la tenue vestimentaire des femmes dans le pays, et rend le port du voile obligatoire.

La plus importante depuis 2019

Sa mort a ravivé la colère dans le pays sur plusieurs questions, notamment les restrictions des libertés individuelles et les règles strictes concernant la tenue vestimentaire des femmes, ainsi que la crise de vie et économique vécue par les Iraniens, sans parler des règles strictes imposées par le régime et sa structure politique en général. Les femmes ont joué un rôle de premier plan dans ces manifestations, et les manifestants ont brandi leurs voiles et les ont brûlés. D’autres se sont coupés les cheveux en public alors que des foules en colère réclamaient la chute du guide suprême Ali Khamenei.

Il convient de noter que ces manifestations qui ont balayé des dizaines de villes à travers le pays au cours des derniers jours et sont encore les plus importantes depuis les manifestations contre les prix du carburant en 2019, et à l’époque, il a été signalé que 1 500 personnes ont été tuées dans la répression contre les manifestants, selon Reuters.