SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 October 2021, Tuesday |

Mandat de Raisi: Nouvelles restrictions aux libertés

Des groupes de défense des droits de l’homme ont averti que le nouveau président iranien pourrait présider à une nouvelle restriction des libertés.

Le journal américain « Washington Post » a déclaré qu’un projet de loi visant à imposer plus de restrictions sur l’internet en Iran pourrait constituer une menace pour l’essor du trafic commercial sur le site « Instagram » en République islamique.

Il a ajouté, dans un rapport publié sur son site Internet: « Le projet de loi présenté au parlement iranien, qui a le soutien des partisans extremistes des alliés du nouveau président, Ebrahim Raisi, a ravivé les craintes que l’internet en Iran soit bientôt soumis à plus de restrictions. »

Le Washington Post a poursuivi: « Instagram est le réseau social le plus populaire en Iran, qui n’a pas encore été fermé comme les autres par le gouvernement, qui cherche agressivement à contrôler la liberté d’expression et la circulation de l’information.Les autorités iraniennes préfèrent pousser les utilisateurs vers des sites qui sont plus faciles à réguler et à surveiller pour eux. »

Le journal a dit: »Corona a encore plus perturbé l’économie iranienne, le chômage élevé et l’inflation, mais une grande partie du commerce du pays s’est poursuivie en ligne. »

Le Washington Post a ajouté: « Pendant ce temps, les députés extremistes ont présenté de nouveaux projets de loi, notamment une législation obligeant les sociétés étrangères de médias sociaux à se soumettre aux règles de propriété des données du gouvernement iranien. »

Le « Washington Post » a déclaré que la nouvelle loi, si elle est adoptée, entraînera l’interdiction des sociétés étrangères de médias sociaux, si elles ne sont pas en mesure de terminer les procédures d’enregistrement requises en Iran, en raison des sanctions américaines imposées à la République islamique.

Le Washington Post a cité Mahshid, un ancien professeur d’anglais de 38 ans, qui a requis l’anonymat, déclarant: « L’interdiction d’Instagram aura un impact énorme sur l’ensemble de l’économie iranienne, et sur moi personnellement. »

Mahshid a ajouté: « Je vis avec ma fille de 4 ans et ma mère de 75 ans, donc je ne peux pas risquer de sortir beaucoup pendant la pandémie. Nous assurons beaucoup de nos besoins via cette plate-forme. »

Le « Washington Post » a indiqué une statistique qui soutient cette tendance, comme il l’a dit, que 28% des pages « Instagram » en Iran sont liées au commerce, qui se classe au deuxième rang après le divertissement.Et d’autres estimations indiquent que 58% du commerce électronique en Iran se fait sur Instagram, contre 11% sur Telegram et 9% sur Facebook.