SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Manifestations de Khartoum…Les ponts de Khartoum ont été fermés et l’armée a tiré des gaz lacrymogènes

Des manifestations ont commencé dans la capitale soudanaise, Khartoum, cet après-midi, samedi, contre les décisions du commandant en chef des forces armées, Abdel Fattah Al-Bourhan, qu’il a prises le vingt-cinq octobre dernier pour dissoudre le Conseil de souveraineté et les ministres et déclarer l’état d’urgence.

Des témoins oculaires ont déclaré que les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants dans la capitale et dans la ville d’Omdurman.

Ils ont également indiqué, selon ce qui a été rapporté par l’agence « Reuters », que les forces de sécurité ont également poursuivi les manifestants dans les rues secondaires d’Omdurman, où des groupes se sont rassemblés pour participer aux manifestations condamnant les mesures exceptionnelles.

La correspondante d’Al-Arabiya/Al-Hadath a expliqué que les manifestations étaient limitées à certaines zones de la capitale, après que les forces de l’armée ont fermé la plupart des ponts qui mènent à Khartoum, n’en laissant que 3 (7 sur 10 fermés).

Un important déploiement de sécurité

Elle a également ajouté qu’il y a un large déploiement de sécurité, notant que les forces de sécurité ont fermé les principales rues, y compris la route menant au commandement de l’armée et au palais présidentiel.

Elle a souligné que d’autres manifestations ont également eu lieu simultanément dans des zones en dehors de la capitale, ainsi que des rassemblements dans des pays à l’étranger.

En outre, elle a confirmé que les services Internet sont toujours suspendus, les appels téléphoniques n’ayant pas été coupés.

Il convient de noter que ces manifestations ont eu lieu après que la coordination des « comités de résistance à Khartoum » a appelé à des manifestations pour faire tomber le conseil militaire, deux jours après qu’Al-Bourhan a annoncé la formation d’un nouveau conseil souverain.

Invitations à manifester

Les premiers appels à manifester ont été lancés par les comités de résistance de Khartoum le 8 de ce mois (novembre 2021), avant que le rassemblement des professionnels les soutienne le même jour, en annonçant un calendrier d’escalade.

Ce calendrier a commencé mardi dernier par des processions, des manifestations et la fermeture d’un certain nombre de routes de Khartoum, pour se terminer par les « manifestations de renversement du Conseil militaire », qui doivent commencer aujourd’hui.

    la source :
  • alarabiya