SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 October 2021, Thursday |

Moscou : Nous avons laissé nos conflits avec Washington derrière nous pour développer notre coopération sur le climat

Moscou a confirmé qu’elle préférait laisser nos conflits avec Washington derrière nous, pour se concentrer sur le développement de leur coopération sur les questions climatiques.

Les déclarations russes émanent du Kremlin, qui a indiqué dans un communiqué publié à l’issue de la réunion tenue aujourd’hui à Moscou par l’envoyé présidentiel russe pour les affaires climatiques, Rouslan Edelguériev, avec son homologue américain, John Kerry, que « lors des consultations, qui ont duré plus de trois heures, les deux parties ont discuté d’un large éventail de questions, notamment du développement à faible intensité de carbone et des tendances actuelles en matière de décarbonisation du commerce mondial. »

La déclaration ajoute que les deux parties ont affirmé « leur adhésion à un dialogue franc et honnête avec la discussion continue d’un large éventail de questions liées aux politiques climatiques internationales. » La déclaration a également noté que les deux parties ont exprimé leur désir de « laisser de côté les différences politiques afin de s’attaquer conjointement au changement climatique. »

Le Kremlin a révélé que l’envoyé présidentiel américain a présenté au cours de la réunion les mesures prises par les États-Unis pour réduire les émissions de carbone, soulignant la nécessité d’atteindre les taux thermiques fixés par l’accord de Paris sur le climat. Pour sa part, l’envoyé russe a évoqué la cohérence de la politique climatique de la Russie, et a également rappelé que le président russe Vladimir Poutine a appelé à étudier l’impact potentiel des nouvelles initiatives dans le domaine de la réduction des émissions de carbone sur le développement économique national.

Le responsable russe a souligné que « chaque pays a le droit de définir sa politique climatique et de choisir les mécanismes de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l’Accord de Paris et de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. »

Le communiqué précise que la partie américaine « a proposé l’élargissement de la coopération scientifique entre les deux pays », tandis qu’Edelguériev et Kerry ont indiqué que « la Russie et les États-Unis disposent de grandes ressources pour créer de nouveaux secteurs économiques, notamment la fabrication d’hydrogène écologique, le développement de technologies pour absorber le carbone de l’atmosphère et le déploiement d’un réacteur nucléaire de quatrième génération. »