SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 13 August 2022, Saturday |

Muqtada al-Sadr annonce la libération de la zone verte au centre de Bagdad

Le chef du mouvement sadriste en Irak, Muqtada al-Sadr, a appelé à un changement radical du système politique et de la constitution, tout en appelant l’establishment militaire et les clans à se joindre au sit-in dans la zone verte, qu’il déclaré « libéré » par une révolution pacifique spontanée.

Depuis samedi matin, des milliers de partisans de l’ecclésiastique Muqtada al-Sadr ont pris d’assaut la zone verte, dans le centre de Bagdad, et ont annoncé un sit-in ouvert à l’intérieur du bâtiment du parlement irakien, pour protester contre la nomination de l’ancien chef du parti Dawa, Muhammad Shiaa al-Sudani, pour le poste de Premier ministre.

Al-Sadr a déclaré dans un communiqué : « La révolution pacifique spontanée qui a libéré la zone verte, dans un premier temps, est une opportunité en or pour tous les peuples piqués par le feu de l’injustice, du terrorisme, de la corruption, de l’occupation et de la dépendance ».

Il a ajouté : « J’espère que la tragédie de rater la première occasion en or en 2016 ne se reproduira pas. »

Al-Sadr a ajouté : « C’est une excellente occasion de changer le système politique, la constitution et les élections ».

Il a souligné que « quiconque entend la prise de conscience de la réforme et ne la soutient pas, il sera prisonnier de la violence, des milices, des enlèvements, de la cupidité, de l’intimidation, de la marginalisation, de la pauvreté, de l’humiliation et de l’effacement de la dignité ».

Al-Sadr a appelé « tout le monde à soutenir les révolutionnaires pour la réforme, y compris nos fiers clans, nos forces de sécurité héroïques, les membres des Forces de mobilisation populaire moudjahid, qui refusent de se soumettre et de s’assujettir, et tous les groupes du peuple à soutenir la réforme, les hommes et les femmes (…) pas sous ma bannière, mais sous la bannière de l’Irak, et la décision du peuple, même s’ils prétendent que certains disent que la révolution actuelle est sadriste.

 

Hier, les appels au calme se sont multipliés de la plupart des partis politiques, ainsi que du président de la République, Barham Salih, du Premier ministre Mustafa Al-Kazemi, de Hadi Al-Amiri, d’Ammar Al-Hakim, de Haider Al-Abadi et des dirigeants d’autres blocs.

Cependant, le chef du mouvement sadriste, Muqtada al-Sadr, n’a jusqu’à présent annoncé de réponse à aucune invitation, et les forces du « cadre de coordination » n’ont pas annoncé le retrait de leur candidat au poste de Premier ministre, Muhammad al-Sudani.

Le président de la Chambre des représentants, Muhammad al-Halbousi, a suspendu les sessions du parlement jusqu’à nouvel ordre, après qu’il ait été pris d’assaut par des partisans du mouvement sadriste.

Al-Halbousi a appelé le commandant en chef des forces armées à « prendre les mesures nécessaires pour protéger les institutions et protéger les manifestants, à qui j’appelle pour maintenir leur paix et préserver les biens de l’État ».

Des militants du mouvement sadriste ont annoncé la construction d’un garde-manger pour stocker de la nourriture et de l’eau, à l’intérieur du Parlement, tandis que des dirigeants du mouvement y sont arrivés pour participer au sit-in, ce qui a laissé entrevoir la possibilité pour les manifestants de rester plus longtemps.