SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Nouvelles rassurantes de l’OMS concernant la mutation du virus de la variole du singe

Une responsable de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré lundi que l’organisation ne disposait d’aucune preuve que le virus de la variole du singe (Monkeypox) avait subi des mutations, notant que la maladie, qui est endémique en Afrique occidentale et centrale, n’a pas changé.

Rosamund Lewis, directrice du programme d’urgence pour la variole à l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré aux journalistes que les mutations sont généralement moins fréquentes avec ce virus, mais le séquençage génétique des cas aidera à mieux identifier et comprendre l’épidémie actuelle.

Jusqu’à présent, l’Organisation mondiale de la santé a suivi quatre-vingt-douze cas confirmés de monkeypox au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, en Belgique, en France, aux Pays-Bas, en Italie et en Suède. Israël a également enregistré le premier cas au Moyen-Orient chez un homme d’une trentaine d’années revenant d’Europe. Un consultant principal de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que l’organisation s’efforçait de fournir davantage de conseils aux pays pour réduire la propagation du monkeypox, alors que l’on craint que le nombre d’infections augmente pendant l’été.

Le chef du groupe consultatif, stratégique et technique de l’OMS, David Heymann, a indiqué à Reuters qu’un comité international d’experts s’est réuni pour étudier les symptômes de la maladie et ses modes de transmission, en plus de tenter d’identifier les cas les plus à risque.

Les symptômes de la maladie sont la fièvre, les douleurs musculaires, le gonflement des ganglions lymphatiques, les frissons, la fatigue et une éruption cutanée semblable à celle de la varicelle sur les mains et le visage. Elle peut être transmise par contact avec des éruptions cutanées ou la salive d’une personne infectée, ou par contact et utilisation conjointe de lit ou de serviettes. Les personnes infectées se rétablissent après deux ou quatre semaines au maximum, selon l’Organisation mondiale de la santé.