SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 January 2022, Tuesday |

Okais à « Sawt Beirut International»: Ce que le « courant » a fourni aux armes du Hezbollah a amené le Liban ici

Gladis Saab
A A A
Imprimer

Qu’est-ce qu’après? une question qui est posée à toutes les interrogations que le président Michel Aoun a réfutées dans son discours de lundi dernier au peuple libanais, qui concerne le système étatique et le tient responsable d’un système politique qui n’a pas nommé ses dirigeants, bien que le « Courant patriotique libre », le père spirituel de lui, soit l’un des participants actifs au gouvernement de 2005 à aujourd’hui … Les solutions qu’il a proposées ne peuvent constituer une feuille de route puisque le moment est venu de les réaliser en octobre 2022.

« Sawt Beirut International » a interviewé le député du « Bloc de la République forte » le juge Georges Okais sur ce qui suit après le discours du président Aoun et du Premier ministre Najib Mikati et les messages, dont la plupart étaient des questions et y a-t-il une perspective de solution à court terme?

« Les deux mots prouvent l’état de déni que connaît la classe politique au Liban en termes de prise de responsabilité pour les autres, en particulier de la part du président Aoun .Le président Aoun n’a pas fait face à la vérité et à la réalité telles qu’elles sont, et il ne reconnaît pas son rôle de 16 ans dans la réalisation de la situation misérable dans lequel nous vivons aujourd’hui, tandis que le président Mikati n’a pas mis le doigt sur la blessure et appelle les choses par leur nom . Les paroles des première et troisième présidences ne « fournissent pas du pain » et n’améliorent pas la situation interne ».

Quant à la réflexion de la rencontre avec Bassil-Safa sur le discours du président Aoun, Okais a souligné que la question de la relation entre « l’actuel » et le « Hezbollah » ne nous concerne pas et que le peuple libanais a suffisamment de conscience pour ne pas se laisser berner par les « jeux d’attraction nerveuse » pratiqués par le Courant patriotique libre à l’approche du droit électoral, bien qu’il soit sérieux de reconsidérer sa relation avec le Hezbollah, mais il est arrivé tard parce que les dommages de cette alliance se sont produits de manière plus catastrophique que nous ne l’avions imaginé . Parce que ce que le « courant » a donné à cette arme pendant des années en termes de légitimité et en retour le Hezbollah a réalisé toutes les ambitions du premier aux dépens des Libanais sans vision claire et cette alliance n’a rien produit de positif au profit du peuple libanais et peut-être que ce que nous vivons aujourd’hui est la preuve la plus importante.

En ce qui concerne la question de la saisie de la dernière cargaison de captagon dans le port , Okais a déclaré que lorsque ces quantités sont saisies par la Direction des douanes, il est nécessaire de demander s’il existe des documents d’expédition officiels et au nom de qui et quelles sont les conclusions des enquêtes précédentes soulignant que l’excuse de confidentialité des enquêtes ne comprend que ce qui se passe dans l’enquête et non l’identité du coupable, en particulier les questions affectant la réputation du Liban et ses relations avec les pays auxquels elle est délivrée. LÉtat devraient prendre les choses au sérieux en annonçant l’identité des exportateurs et leur affiliation et les entités qui les couvrent, d’autant plus que tout le monde sait qu’il existe de nombreux entrepôts répartis dans tous les districts.