SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

ONU: Il existe un risque réel de famine cette année

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a révélé qu’il existe un « risque réel » de famine cette année, appelant à une réunion au niveau du cabinet sur la sécurité alimentaire pour prendre des mesures pratiques pour stabiliser les marchés alimentaires et réduire les fluctuations des prix des produits de base.

« Nous sommes confrontés à une crise de la faim mondiale sans précédent… La guerre en Ukraine a exacerbé les problèmes qui se sont accumulés au fil des ans, tels que les perturbations climatiques, la pandémie de Covid-19 et le déséquilibre important dans le (rythme) de la reprise.

Selon l’Indice mondial de la sécurité alimentaire, une mesure utilisée par les agences des Nations Unies, les agences régionales et les groupes de secours pour déterminer le niveau d’insécurité alimentaire, plus de 460 000 personnes en Somalie, au Yémen et au Soudan du Sud sont exposées à des conditions de famine. C’est la pré-déclaration de famine dans une région.

Selon l’Indice mondial de la sécurité alimentaire, des millions de personnes dans 34 autres pays sont au bord de la famine.

Il a déclaré « Il y a un risque réel que plusieurs famines soient annoncées en 2022 », a déclaré António Guterres. 2023 pourrait être encore pire », ajoutant qu’il pourrait être difficile de trouver une solution efficace à la crise à moins que l’Ukraine et la Russie, qui contribuent à environ 29% des exportations mondiales de blé, ne trouvent un moyen de reprendre correctement le commerce.

Les expéditions de marchandises en provenance des ports ukrainiens ont été interrompues par l’invasion de son voisin par la Russie. Moscou veut que les sanctions occidentales spécifiques soient levées afin de reprendre les exportations de céréales et d’engrais.

Allemagne a déclaré qu’il est nécessaire de trouver de nouvelles façons d’exporter les céréales ukrainiennes est une nécessité
La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a déclaré que trouver des moyens sûrs de transporter des céréales en provenance d’Ukraine était une priorité absolue pour prévenir une crise alimentaire mondiale, ajoutant que ce serait un sujet de discussion clé lors d’une conférence sur les pressions sur les chaînes d’approvisionnement vendredi.

Le ministre allemand de l’Agriculture a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec Baerbock que l’Ukraine était victime de chantage de la part du président russe Vladimir Poutine et que de nouvelles voies de transport devaient être développées à long terme.

La ministre allemande du Développement a déclaré que l’Allemagne dépenserait quatre milliards d’euros (4,2 milliards de dollars) cette année pour lutter contre la faim dans le monde.

Les partenaires internationaux travaillent ensemble pour contrer la guerre déstabilisatrice des céréales de la Russie et sa propagande, a déclaré Perbock lors d’une conférence de presse conjointe plus tard avec le secrétaire d’État américain Anthony Blinken.

    la source :
  • Reuters