SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

OPEP + soutient la décision de réduire la production après l’escalade américaine avec l’Arabie Saoudite

Dimanche, les pays du groupe OPEP + ont exprimé leur soutien à la décision de réduire la production qui a été approuvée ce mois-ci, après que les États-Unis aient déclaré que l’Arabie saoudite avait poussé certains pays du groupe à prendre cette décision, dans une escalade de la guerre des mots avec Riyad.

Washington avait déclaré jeudi que cette réduction augmenterait les revenus de la Russie, et indiqué que Riyad avait planifié cette décision pour des raisons politiques. Dimanche, l’Arabie saoudite a catégoriquement démenti soutenir Moscou dans sa guerre contre l’Ukraine.

Dimanche, le roi saoudien Salman bin Abdulaziz a déclaré que le royaume travaillait dur pour soutenir la stabilité et l’équilibre des marchés pétroliers, notamment par « l’établissement et la poursuite de l’accord OPEP +. »

Le ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid bin Salman, a également déclaré que la décision prise le 5 de ce mois de réduire la production de deux millions de barils par jour – malgré l’offre tendue sur les marchés pétroliers – était unanime et fondée sur des facteurs économiques.

Ses déclarations ont été soutenues par les ministres d’un certain nombre de pays membres de l’OPEP +, dont les Émirats arabes unis.

Le ministre émirati de l’énergie, Suhail Al-Mazrouei, a déclaré dimanche sur Twitter que la récente décision de l’OPEP de réduire la production de deux millions de barils par jour était une décision purement technique, prise à l’unanimité, et non une décision politique comme certains tentent de la décrire.

Ses commentaires sont intervenus après que la société nationale irakienne de commercialisation du pétrole (SOMO) a publié une déclaration.

Somo a déclaré : « Il existe un consensus total entre les pays de l’OPEP + sur le fait que la meilleure approche pour faire face aux conditions du marché pétrolier pendant la période actuelle d’incertitude et de manque de clarté de la vision est une approche proactive qui soutient la stabilité du marché et lui fournit les orientations futures dont il a besoin. »

L’agence de presse koweïtienne (KUNA) a déclaré que le PDG de la Kuwait Petroleum Corporation, Sheikh Nawaf Saud Al-Sabah, a salué la décision de l’OPEP +, qui comprend d’autres grands producteurs menés par la Russie, et a affirmé que son pays tient à maintenir l’équilibre sur les marchés pétroliers.

Le Sultanat d’Oman et Bahreïn, dans des déclarations séparées, ont déclaré que l’OPEP avait pris la décision de réduire la production à l’unanimité.

Et la chaîne algérienne An-Nahar a cité le ministre algérien de l’énergie, Mohamed Arkab, qui a qualifié d' »historique » la décision prise le 5 octobre. Avec le secrétaire général de l’OPEP, Haitham Al-Ghais, qui est actuellement en visite en Algérie, il a exprimé sa pleine confiance dans les résultats positifs de cette décision.

Al-Ghais a déclaré plus tard lors d’une conférence de presse que l’organisation vise à atteindre un équilibre entre l’offre et la demande et non un prix spécifique.

Arkab a déclaré dans une déclaration envoyée à Reuters aujourd’hui, lundi, que la décision de l’OPEP + est une « réponse purement technique basée sur des considérations purement économiques », ajoutant qu’elle a été adoptée à l’unanimité.

Les stocks des principales économies sont à des niveaux plus bas que lorsque l’OPEP a réduit sa production dans le passé.

Cependant, les analystes ont déclaré que la récente volatilité des marchés du pétrole brut pourrait être traitée par une réduction qui contribuerait à attirer les investisseurs sur le marché.

Jeudi, le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, a déclaré que plus d’un pays de l’OPEP avait le sentiment que l’Arabie saoudite était contrainte de soutenir la décision de réduire la production, ajoutant que cette décision augmenterait les revenus de la Russie et compromettrait l’efficacité des sanctions imposées à Moscou en raison de sa guerre en Ukraine.

Le roi Salman a déclaré dans un discours devant le Conseil de la Choura saoudienne que son pays est un médiateur de paix, et a évoqué l’initiative du prince héritier Mohammed bin Salman de libérer des prisonniers de guerre de la Russie le mois dernier.

Le roi Salman a également appelé l’Iran à remplir ses obligations nucléaires et à coopérer avec l’Agence internationale de l’énergie atomique des Nations unies.

« Nous sommes surpris que le royaume soit accusé de se ranger du côté de la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine », a déclaré Khalid bin Salman dimanche.

« Il convient de noter que ces fausses accusations ne proviennent pas du gouvernement de l’Ukraine », a écrit le fils cadet du monarque saoudien sur Twitter.