SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 August 2022, Sunday |

Pour éviter la crise de l’électricité… le Japon cherche à redémarrer 4 réacteurs nucléaires

La crise mondiale du pétrole pèse sur le monde entier au milieu des craintes de pannes d’électricité, et le Japon cherche à redémarrer 4 autres réacteurs nucléaires, pour éviter toute crise d’électricité en hiver, au milieu des craintes de perturbation des approvisionnements en gaz russe qui atteignent le pays .

Une semaine après la victoire du parti pro-nucléaire au pouvoir aux élections de la chambre haute, le ministre japonais de l’Industrie, Koichi Hagiuda, a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse : « Nous aimerions assurer le fonctionnement d’un maximum de neuf réacteurs, contre cinq actuellement en opération.
Cela se fait en examinant les périodes de construction et d’inspection de certaines centrales nucléaires.  »

De nombreux réacteurs nucléaires au Japon sont restés inactifs après qu’un tsunami massif a provoqué une catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima en 2011, mais le Parti libéral-démocrate au pouvoir attendait avec impatience un retour à l’énergie nucléaire comme source d’énergie stable afin de soutenir les pauvres du Japon. ressources énergétiques.

L’opinion publique japonaise est largement opposée au redémarrage de l’énergie nucléaire à la suite de la catastrophe de Fukushima, mais la situation a changé car les prix élevés du carburant et les épisodes de conditions météorologiques inappropriées ont suscité des appels à des économies d’énergie.

Le redémarrage de l’énergie nucléaire nécessite toujours un processus d’approbation approfondi supervisé par les régulateurs, ainsi que l’approbation des communautés locales.

Les tensions latentes avec la Russie ont amené le Japon au bord du gouffre. Un décret publié fin juin par le président Vladimir Poutine menaçait de prendre le contrôle du projet gazier et pétrolier « Sakhalin-2 », en coupant une importante source d’approvisionnement en gaz en provenance du Japon.

Sakhalin-2 a fourni 9 % des importations japonaises de gaz naturel.

Le président du syndicat du gaz, Takehiro Honjo, a déclaré vendredi qu’il n’y avait pas d’inquiétude immédiate concernant l’approvisionnement en gaz.

    la source :
  • Des agences