SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 October 2022, Saturday |

Pour la deuxième fois en 48 heures Bennett reçoit une lettre contenant une balle

Un reportage a indiqué jeudi que la famille du Premier ministre israélien Naftali Bennett avait reçu, pour la deuxième fois en 48 heures, une lettre contenant une balle.

Et la Douzième chaîne de la télévision israélienne a rapporté que le message avait apparemment été envoyé par une personne connue de la famille de Naftali Bennett.

Il semble que la personne qui a envoyé la lettre ait pris le temps de recueillir des informations sur la famille du Premier ministre israélien.

Cependant, il est possible que l’expéditeur du deuxième message soit quelqu’un d’autre que celui qui a envoyé le premier message menaçant.

La Douzième chaîne a déclaré que le deuxième message était adressé à Yoni Bennett, le fils du Premier ministre israélien, à Raanana, au nord de Tel-Aviv.

Pour sa part, le journal Haaretz a rapporté que la police et le service de sécurité du Shin Bet sont au courant du nouveau message de menace, mais n’ont pas encore publié de déclaration à ce sujet, et le Premier ministre israélien n’a pas non plus publié de déclaration.

La première lettre était adressée à sa mère, Gillat Bennett.

Dès que l’affaire a été découverte, les responsables du bureau de Naftali Bennett ont décidé de renforcer la sécurité des membres de la famille.

Le service de sécurité du Shin Bet et l’unité des crimes graves de la police israélienne ont ouvert une enquête sur la lettre de menace il y a deux jours.

Ce n’est pas la première fois qu’un Premier ministre israélien est menacé de mort.

Le fils du Premier ministre, Yoni Bennett, a écrit sur son compte sur le site « Instagram », commentant le premier message de menace, « C’est triste de voir de vraies personnes écrire des choses aussi horribles », considérant que cela « est arrivé à cause de incitation ».

Commentant le même incident, Bennett a déclaré dans un tweet:« Le conflit politique, quelle que soit sa profondeur, ne devrait pas atteindre la violence, l’intimidation et les menaces de mort ».