SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 December 2022, Wednesday |

Pourquoi la bataille de Kherson est-elle une question de vie ou de mort pour Poutine ?

La Russie n’a montré aucun signe de volonté d’abandonner la ville, ou la région plus large de Kherson, qui revêt une énorme importance stratégique et politique pour le Kremlin.

Les forces armées ukrainiennes ont déclaré la semaine dernière que la Russie avait déplacé 1000 soldats supplémentaires dans la zone autour de la ville de Kherson, qui comptait près de 300000 habitants avant la guerre.

Les efforts de l’Ukraine pour reprendre les villes de la région élargie de Kherson ont ralenti ces derniers jours, car les pluies d’automne ont rendu le sol boueux, ce qui rend les déplacements difficiles.

Les défenses russes ne semblent pas s’effondrer comme elles l’ont fait lorsque les forces ukrainiennes ont pénétré à Kharkiv en septembre, selon le Washington Post.

La région de Kherson constitue la composante la plus importante du « pont terrestre » s’étendant du continent russe à la Crimée, que Poutine a voulu construire depuis l’annexion unilatérale de la péninsule par la Russie en 2014.

L’impossibilité d’atteindre la Crimée par la route a été la principale raison pour laquelle Poutine a dépensé 4 milliards de dollars pour construire le pont de Crimée sur le détroit de Kertch.

En février, lorsque Poutine a ordonné le début de la guerre, les forces russes en Crimée ont envahi le sud de l’Ukraine via Kherson.

À l’heure actuelle, la ville reste le seul point d’ancrage majeur de Moscou sur la rive ouest du Dniepr, et si elle tombait, les forces ukrainiennes pourraient poursuivre leur marche, menaçant d’encercler les forces russes.

Début octobre, les forces ukrainiennes avançaient vers Kherson par le nord et l’ouest. Des responsables nommés par la Russie ont déclaré avoir évacué jusqu’à 70000 civils et bureaux administratifs vers la rive est du Dniepr avant une offensive ukrainienne attendue.

Mais au lieu d’abandonner la ville, les Russes semblent consolider leurs positions et se préparer à la prochaine grande bataille, bien que personne ne sache si la ville tombera avant ou après l’hiver.

Auparavant, Zelensky s’était engagé à libérer Kherson puis à pousser vers la Crimée, une ligne rouge pour Poutine, qui a mis en garde à plusieurs reprises contre toute action militaire visant à restaurer la péninsule.

Kherson possède également un canal de l’ère soviétique d’une importance cruciale, qui a longtemps fourni un approvisionnement vital en eau douce à la Crimée, et a été fermé par l’Ukraine en 2014, ce qui a coûté à Moscou des centaines de millions de dollars pour fournir de l’eau à la Crimée.

L’une des premières mesures de la Russie après le début de la guerre en février a été de prendre le contrôle du canal et de rétablir le débit d’eau vers la Crimée.

Quoi qu’il arrive à Kherson, il faudra probablement du temps pour qu’il se déroule.