SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 August 2022, Sunday |

Poutine cherche des alliances « loin de l’Occident » pour briser l’isolement de la Russie

Le président russe Vladimir Poutine cherche à établir des alliances loin de l’Occident compte tenu de l’isolement de son pays après la guerre en Ukraine, notant que la tournée du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en Afrique cette semaine est venue confirmer cette théorie, selon ce qui a été considéré par le journal britannique « The Times ».

Dans un rapport intitulé « Poutine cherche à faire de l’Egypte un allié après l’invasion » publié dimanche, le journal a déclaré que Lavrov avait cherché à réduire les craintes d’une pénurie de céréales lors de pourparlers avec des responsables égyptiens dimanche.

Le journal a ajouté que Lavrov a également rencontré le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi et le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry, et a souligné que les exportateurs de céréales russes sont déterminés à remplir leurs obligations.

Les affirmations de Lavrov font suite à « l’accord d’Istanbul » signé vendredi par la Russie, l’Ukraine, les Nations unies et la Turquie, qui vise à libérer jusqu’à 25 millions de tonnes de céréales bloquées dans les ports ukrainiens de la mer Noire, ainsi qu’à faciliter exportations de céréales russes.

Le journal a mentionné que la station de Lavrov au Caire est la première de sa tournée dans les pays africains les plus touchés par la crise céréalière causée par le blocus russe des ports ukrainiens, l’Égypte comptant sur la Russie et l’Ukraine pour 85 % de ses importations de céréales avant l’invasion.

Elle a souligné qu’avec Moscou isolée de l’Occident, elle se tourne vers des pays comme la Chine et l’Inde, ainsi que des pays arabes et africains, dans l’espoir de contourner les sanctions. Poutine avait voyagé quelques jours avant le voyage de Lavrov en Iran, lors de son deuxième voyage à l’étranger depuis le début de la guerre.

Le journal a souligné que, comme une grande partie du monde arabe, l’Égypte a refusé de prendre parti dans la guerre en Ukraine, notant qu’avec cela, Sissi a établi une relation étroite avec Poutine et les deux se parlent régulièrement au téléphone, mais le président égyptien a exhorté son homologue russe à mettre fin à la guerre par des moyens diplomatiques.

En ce qui concerne également la profondeur des relations entre les deux pays, le Times a déclaré qu’avant l’arrivée de Lavrov, la société nucléaire d’État russe « Rosatom » avait commencé à construire la première centrale nucléaire en Égypte, un projet de 25 milliards de dollars décrit comme « le plus grand projet entre Moscou et Le Caire dans des décennies. »

De son côté, le journal britannique « Financial Times » a estimé que la tournée de Lavrov venait se heurter aux accusations russes d' »exportation de la faim » en raison de sa guerre contre l’Ukraine, et qu’il « a agi comme une puissance coloniale en bombardant et en occupant de vastes zones de l’Ukraine ». ”

Le journal a cité une lettre écrite par Lavrov et publiée dans les journaux des pays africains qu’il visite ; Il s’agit de l’Égypte, de l’Éthiopie, de l’Ouganda et du Congo, déclarant : « Les spéculations faites par la propagande occidentale et ukrainienne selon lesquelles la Russie exporte prétendument la faim sont totalement infondées.

Lavrov a également salué « la position équilibrée des Africains sur ce qui se passe en Ukraine et autour ».

Le journal a souligné que la Russie a établi des relations dans la région à travers des accords sur les biens, les armes, l’énergie et le tourisme.