SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Poutine : Notre réponse militaire sera différente si les Américains et l’OTAN n’écoutent pas

Le président russe Vladimir Poutine a souligné, dimanche, lors d’une interview télévisée, qu’il y aura une réponse militaire russe différente, si les Etats-Unis et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) refusent de fournir les garanties de sécurité exigées par Moscou.

Les déclarations de Poutine ont été faites lors d’une interview qu’il a accordée à la chaîne « Russia-1 », jeudi dernier, en marge de sa conférence annuelle, et qui a été diffusée dimanche.

Au cours de l’interview, il a été demandé à Poutine quelle serait la réponse « militaro-technique » de Moscou si les Américains et l’OTAN n’écoutaient pas les préoccupations de la Russie en matière de sécurité ?

« Notre réponse peut être complètement différente et dépendra des recommandations que nos experts militaires me donneront », a répondu Poutine.

Cependant, le président russe a laissé la porte ouverte aux efforts diplomatiques, et a noté que Moscou recherchait « un résultat diplomatique négocié qui sera juridiquement fixé dans les documents que nous avons proposés. »

Dans son discours, Poutine fait référence aux deux projets d’accords que Moscou a présenté aux États-Unis et à l’OTAN pour qu’ils les signent afin d’établir un système de garanties de sécurité pour réduire les tensions militaires en Europe.

Le niveau de tension a augmenté ces dernières semaines, suite au renforcement militaire russe aux frontières de l’Ukraine, dans la crainte d’une éventuelle invasion militaire.

Le Kremlin nie l’intention de la Russie d’envahir son voisin occidental, soulignant que les mouvements militaires ne menacent personne, et parlant de provocations de la part de « l’OTAN », et exigeant l’arrêt de son expansion vers l’est.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait déclaré il y a quelques jours que Moscou entamerait des négociations distinctes sur la sécurité en janvier prochain, avec l’Amérique et l’OTAN, pour discuter des demandes de la Russie.

La Russie avait déjà soumis des propositions de sécurité visant à empêcher l’adhésion à l’ « OTAN » de l’Ukraine et d’autres anciennes républiques soviétiques, et à inverser le déploiement militaire de l’alliance en Europe centrale et orientale.