SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Profondément dans les montagnes… L’Iran crée un réseau de tunnels pour construire de nouvelles installations nucléaires

Le New York Times a rapporté que les responsables des services de renseignement américains et israéliens surveillent attentivement l’augmentation de l’activité nucléaire de Téhéran, qui a récemment commencé à construire un vaste réseau de tunnels pour construire de nouvelles installations nucléaires profondément dans les montagnes, capables de résister à des bombes défonceuses et à des attaques électroniques.

Selon le journal, les États-Unis et Israël surveillent la construction du site depuis plusieurs mois, mais ont refusé de faire des commentaires publics, à l’exception d’une brève référence faite le mois dernier par le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz.

Le journal a souligné que les images satellites montrent que le nouveau site est situé près de l’installation nucléaire de Natanz, qui a été attaquée en 2020, et l’on pense qu’Israël est derrière cette attaque.

Le nouveau site est quelque peu similaire à l’installation nucléaire iranienne de Fordo, qui a été construite sous la base militaire de Jebel Ali dirigée par les Gardiens de la révolution en 2009 et nécessite des missiles briseurs de bunkers pour pouvoir être ciblée, une capacité qu’Israël ne possède pas à ce jour, selon le journal.

Le journal cite des responsables américains qui affirment que Washington surveille la construction de la nouvelle installation depuis plus d’un an, mais qu’il n’est pas très préoccupé par le fait qu’il faudra plusieurs années pour la terminer.

Ces responsables soupçonnent également que l’objectif direct du nouveau site est de remplacer l’installation d’assemblage de centrifugeuses de Natanz qu’Israël a fait exploser en avril 2020.

Le journal souligne que l’administration du président américain Joe Biden affirme qu’il reste beaucoup de temps pour s’occuper de la nouvelle installation, par la négociation si possible et par la force si nécessaire.

À l’inverse, les Israéliens considèrent le nouveau complexe comme une preuve supplémentaire de l’acharnement iranien à vouloir se doter d’une bombe nucléaire, ce qui donne à Tel-Aviv l’excuse pour justifier ses attaques répétées contre le programme nucléaire iranien et les scientifiques et ingénieurs qui se trouvent derrière.

Les responsables israéliens ont déclaré au journal que la construction de la nouvelle installation a commencé en 2020, et ils estiment que l’installation est trop grande, beaucoup plus grande que ce qui est nécessaire pour remplacer l’installation de Natanz, qui a été détruite il y a deux ans.

Plusieurs responsables israéliens auraient déclaré qu’ils pensaient que l’objectif ultime de l’Iran était d’utiliser cette installation pour enrichir de l’uranium à grande échelle, à l’aide de centrifugeuses avancées que l’Iran avait déjà commencé à installer, à titre d’essai, dans ses anciennes installations situées à proximité.

Les responsables américains ont reconnu que la nouvelle installation est très grande et bien protégée, selon le « New York Times ». Cependant, les États-Unis ne sont pas convaincus que l’Iran a l’intention de l’utiliser pour enrichir de l’uranium.

De hauts responsables américains ont déclaré que cela reste incertain, et que ce qui est le plus clair, c’est l’intention de l’Iran d’utiliser l’installation pour construire des centrifugeuses et reconstruire les installations détruites par les Israéliens ces dernières années.

Récemment, l’Iran a fait l’objet d’une série d’attaques, touchant des personnalités de haut rang, notamment des militaires et des scientifiques, qui ont contribué au développement de son programme nucléaire, ainsi qu’un certain nombre d’installations nucléaires sensibles.

Avant cela, le programme nucléaire iranien a reçu un coup dur fin 2020, lorsque Mohsen Fakhrizadeh, le parrain de ce programme, a été assassiné dans le centre de Téhéran. Cet assassinat a été suivi d’une attaque visant les centrifugeuses de l’installation nucléaire de Natanz.

    la source :
  • Alhurra