SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Publication de la première photo de la Légion internationale pour faire face à l’invasion russe

L’Ukraine a publié la première photo du Corps international, qui a reçu l’ordre du président Volodymyr Zelensky d’affronter les forces russes dans la guerre qui fait rage depuis environ deux semaines.

La photo montre des combattants d’origines diverses, unis par le désir de se battre aux côtés de l’Ukraine.

Cette photo, publiée par le ministère ukrainien des Affaires étrangères, confirme les informations relatives à l’arrivée de combattants étrangers d’origine diverses.

Ils semblent que ces combattants ne craignent pas les menaces de la Russie ou de ses forces militaires. Plus que cela, un sourire apparaissait sur les visages des combattants.

Des combattants étrangers étaient arrivés en Ukraine auparavant, et des photos d’eux avaient été publiées, mais c’était avant la création de la Légion internationale, et les photos provenaient des gens, pas du gouvernement de Kiev.

C’est la première fois que des éléments de la légion étrangère sont engagés dans le combat contre les forces russes, comme l’a déclaré au site militaire le chef du renseignement militaire ukrainien, le général Kirillo Bodano.

Fin février, Zelensky a annoncé la création de la Légion étrangère pour la défense du territoire ukrainien, invitant les étrangers à l’aider à défendre son pays.

Un autre responsable ukrainien a confirmé que les premiers groupes de ce corps prennent déjà part aux combats.

Le fonctionnaire ukrainien a refusé de révéler son nom, mais a souligné qu’un nouveau groupe de combattants étrangers rejoint chaque jour les champs de bataille.

Il a ajouté que ces combattants viennent de divers pays tels que les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Suède, le Mexique, la Lituanie et d’autres pays.

La Russie menace les combattants étrangers en Ukraine, affirmant qu’elle ne les a pas traités comme des prisonniers de guerre, ce qui signifie qu’elle ne les libérera pas une fois que les combats auront cessé, comme l’exige la troisième convention de Genève, et qu’elle pourrait les soumettre à des peines d’emprisonnement et à des sanctions.

Les experts mettent en garde contre les risques liés au fait d’amener des militants étrangers en Ukraine, notamment lorsqu’ils reviennent dans leur pays avec des armes extrêmement dangereuses telles que des missiles anti-aériens Stinger.